Vous êtes ici : Accueil » Afrique de l’Est » Kenya » Commémoration de nos camarades tombés au combat : Patrice Lumumba, Amilcar (...)

Commémoration de nos camarades tombés au combat : Patrice Lumumba, Amilcar Cabral, Rosa Luxemburg et Titina Silla

Par Ezra Otieno

D 12 février 2021     H 13:59     A Ezra Otieno     C 0 messages


Ezra Otieno revient sur une récente réunion à Nairobi célébrant la vie d’importants révolutionnaires et militants. Le 29 janvier, au Théâtre national du Kenya, la politique, les théories et les leçons de Patrice Lumumba, Amilcar Cabral, Rosa Luxemburg et Titina Silla ont été rappelées.

Les commémorations de moments révolutionnaires de l’histoire humaine sont rares et réparties uniformément tout au long de l’année, mais le mois de janvier est considéré comme l’un des mois les plus révolutionnaires. Avec la commémoration de la révolution haïtienne en 1804, la révolution cubaine en 1959, le soulèvement zapatiste au Mexique en 1994, le mois du début de l’année civile signifie son importance pour les luttes révolutionnaires du monde entier.

Janvier a également vu la disparition de plusieurs camarades révolutionnaires comme Lénine qui sont morts de causes naturelles, Patrice Lumumba, Rosa Luxemburg, Amilcar Cabral et Titina Silla, qui ont été assassinés par leurs régimes rétrogressifs respectifs. C’est pour cette raison que ceux d’entre nous au Kenya, plus précisément dans la Ligue socialiste révolutionnaire avec la bibliothèque Ukombozi et le Parti révolutionnaire du peuple africain, ont jugé bon de commémorer ces quatre camarades. Ce rassemblement a également été l’occasion pour nous d’éduquer politiquement nos nouveaux camarades et le grand public sur la vie et la politique de ces révolutionnaires.

L’événement

L’événement a attiré beaucoup de monde et le public était impatient, prêt à écouter et à apprendre. Tout au long de l’événement, le public a engagé les orateurs avec des questions et des commentaires et à la fin de la réunion, ils ont été satisfaits et stimulés par la journée. Tout a commencé par une brève introduction et un aperçu des raisons pour lesquelles nous célébrions cette commémoration. Il a ensuite été suivi de présentations sur chaque révolutionnaire. Celles-ci ont été précédées de courts documentaires sur chacun d’eux.

Titina Silla (1943 - 1973) est restée dans les mémoires comme une héroïne courageuse qui a rejoint le PAIGC (Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert) dans sa maison de Guinée-Bissau. Au début des années 1960, à un très jeune âge, elle luttait déjà aux côtés des autres pour l’indépendance et le socialisme. Entre autres, elle a été déployée par le PAIGC dans le nord de la Guinée Bissau pour des campagnes de sensibilisation à la santé. Elle s’est même rendue en Union soviétique et a suivi une formation d’infirmière acquérant également une expérience politique, puis s’est rapidement élevée au sein du parti pour devenir l’un des membres les plus influents du PAIGC. Elle a été tuée le 30 janvier par des soldats portugais alors qu’elle voyageait pour assister aux funérailles d’Amilcar Cabral. À ce jour, son héritage est célébré non seulement en Guinée Bissau, mais partout dans le monde.

Ensuite, une présentation sur Amilcar Cabral. L’orateur a souligné le fait que Cabral de son vivant (1924–1973) s’est fait le champion d’une révolution culturelle du peuple. Cabral a insisté sur le développement idéologique des masses pour assurer la permanence de la révolution. Il a exhorté son peuple à changer sa mentalité qui, selon lui, était l’outil le plus puissant utilisé par les Portugais pour coloniser le peuple africain. L’orateur a salué Cabral comme l’un des plus grands révolutionnaires de son temps, car il avait analysé le marxisme et l’avait replacé dans le contexte africain. Il a également étudié à l’étranger au Portugal mais a choisi de s’engager dans la lutte pour l’indépendance en Guinée Bissau. Cabral a utilisé ses connaissances pour aider les masses plutôt que pour les exploiter. Il a été assassiné le 20 janvier 1973, juste après avoir commencé à former une assemblée populaire en vue de l’indépendance de la Guinée Bissau. Son héritage perdure aujourd’hui et ses œuvres servent de guide aux révolutionnaires du monde entier. L’orateur a exhorté le public à lire les écrits de Cabral, citantRevenez à la source pour une lecture perspicace. Nous avons ensuite regardé un court documentaire sur Cabral pour compléter la présentation.

Puis il y eut une présentation sur Rosa Luxemburg (1871-1919), assassinée le 15 janvier 1919, exécutée par le corps franc paramilitaire proto-fasciste avec son camarade Karl Liebknecht. On a beaucoup parlé de la façon dont elle a défendu la clarté idéologique dans le mouvement. Dans son livre, Reform or Revolution, elle a pris des camarades au sein du parti qui ont opté pour la voie des réformes dites graduelles. Elle a insisté sur le fait que le seul moyen de pousser pour un vrai changement était les coups de marteau de la révolution. Elle croyait que l’effondrement du capitalisme n’était pas inévitable et qu’un changement significatif ne pouvait être assuré que par la révolution - l’alternative était, a-t-elle soutenu, soit le socialisme, soit la barbarie. Elle a témoigné que les femmes doivent être en première ligne dans la lutte, comme Titina l’a fait des décennies plus tard. Nous avons également appris que l’écrasement du capitalisme va de pair avec l’écrasement du patriarcat.

Enfin, il y a eu une présentation sur Patrice Lumumba (1925-1961) brutalement assassiné le 17 janvier. Il était le chef de l’indépendance congolaise, un révolutionnaire panafricaniste, qui a été tué par d’autres nationalistes congolais en coordination avec les forces impérialistes. Les peuples du Congo et d’Afrique ont été privés d’un leader visionnaire qui aurait probablement alimenté un changement généralisé sur tout le continent et peut-être même la défaite ultime des impérialistes.

Réflexions

La réunion a souligné l’importance d’apprendre et de célébrer nos vrais héros et héroïnes, en particulier dans un système qui prospère grâce à la « mauvaise éducation » et à la pacification de son peuple. Ces quatre camarades - chacun assassiné dans la lutte contre la brutalité capitaliste - ont consacré leur vie aux opprimés et ont rêvé d’une société meilleure sans exploitation, sans pauvreté et sans ignorance. À leurs différentes manières, ils recherchaient chacun un monde de penseurs critiques, une population éduquée et confiante, et un peuple qui contrôle les moyens de créer la richesse et la communauté pour lui-même.

De ces camarades, j’ai appris l’esprit de l’internationalisme. Rosa s’est heurtée à ses compatriotes parce qu’elle croyait à l’internationalisme et à la révolution alors qu’ils cherchaient un compromis. La clé d’une révolution permanente est l’internationalisme. Un pays socialiste isolé est voué à l’échec. Tous les révolutionnaires du monde entier devraient rechercher des partenaires partageant les mêmes idées pour relier les luttes à travers le monde.

Plus encore, l’importance des femmes dans la lutte ne peut être sous-estimée. Il ne peut y avoir de vraie libération sans la libération des femmes et Rosa Luxemburg et Titina Silla ont vécu de ce dicton. De même, nous réalisons que le patriarcat est une création du capitalisme et pour qu’il soit écrasé, les classes doivent aussi être complètement abolies.

Nous devons également poursuivre la lutte contre l’impérialisme car il reste aussi brutal que pendant la brève période de Patrice Lumumba à la tête du Congo. Les impérialistes, avec des partisans locaux, des hommes d’affaires et des politiciens, peuvent tuer des dirigeants progressistes et les remplacer par des dictatures pour faciliter leur pillage continu. L’une des formes de propagande les plus efficaces a été d’associer les dictatures à des figures de proue individuelles. Cela cache le fait que le capitalisme n’est pas seulement la dictature des riches mais aussi un système brutal et complexe de petits dictateurs qui contrôlent nos sociétés, souvent avec un vernis de démocratie.

Conclusion

Nous offrons nos hommages à ces camarades car leur vie, leurs écrits, leurs luttes et leurs pensées sont aussi pertinents aujourd’hui qu’ils l’étaient de leur vivant. Ils continuent d’aiguiser et d’inspirer nos idéaux révolutionnaires alors que nous luttons pour une société socialiste. Puissions-nous continuer à les honorer par nos actions et vivre selon leur engagement. Ne soyons pas découragés par les oppresseurs ou même la mort car nous n’avons rien à perdre que nos chaînes.

Vive la lutte !

Ezra Otieno est membre du Comité central de la Ligue révolutionnaire socialiste au Kenya.


Voir en ligne : ROAPE

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe


5 articles au hasard

1.  Togo : Servair et la dictature

2.  Lettre ouverte à M. Nicolas Sarkozy à l’occasion de son rendez-vous avec M. Ismaël Omar Guelleh, Président de la République de Djibouti

3.  VENTE DE MATÉRIEL DE SURVEILLANCE A DES RÉGIMES AUTORITAIRES : L’IMPUNITÉ DOIT CESSER !

4.  Non à une loi de programmation militaire qui consacre l’ingérence, l’opacité et l’impunité

5.  Nous vous demandons de libérer et accordez du droit d’asile a la nigérienne Elita Edeh persécuté pour être lesbienne


Les plus populaires

1.  Afrique du sud : The Lives of Women & Girls Are Not Respected

2.  Nigeria : Les survivantes de la traite confrontées à la pauvreté et la détresse Les autorités devraient renforcer le soutien à ces femmes au lieu de les maintenir dans des centres d’hébergement

3.  Kenya : MATHARE YOUTH DIALOGUE ON EXTRA JUDICIAL KILLINGS

4.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

5.  Au Tchad, Emmanuel Macron impose le fils après avoir adoubé le père