Vous êtes ici : Accueil » Afrique de l’Est » Sud Soudan » SOUDAN DU SUD : Clement John Kandang, « Les mines nous empêchent d’amener (...)

SOUDAN DU SUD : Clement John Kandang, « Les mines nous empêchent d’amener plus de marchandises »

D 30 décembre 2011     H 04:57     A IRIN     C 0 messages


BENTIU - La violence qui règne dans les États frontaliers du Soudan comme le Sud-Kordofan, qui forment aussi le grenier du pays, empêche l’acheminement des denrées alimentaires vers le Soudan du Sud. La situation s’est détériorée juste avant l’ indépendance du pays en juillet dernier.

Dans les États du nord du nouveau pays, comme l’État d’Unity, la présence de mines sur les routes vient aggraver le problème de la fermeture des routes commerciales. Clement John Kandang, 43 ans, vend du sorgho, l’aliment de base de l’État, dans la capitale, Bentiu. Il a dit à IRIN qu’avec l’augmentation massive des prix liée aux pénuries, de nombreux citoyens souffraient de la faim.

« Les prix ont augmenté parce que la frontière a été fermée et qu’il n’y a plus de circulation entre le nord et le sud. Nous dépendions auparavant du nord pour l’approvisionnement ».

« Un sac de sorgho coûtait auparavant entre 130 et 150 livres sud-soudanaises [environ 40 dollars] ; il vaut maintenant entre 400 et 450 livres sud-soudanaises [environ 120 dollars] ».

« Les denrées sont de plus en plus chères. Certaines personnes n’ont pas les moyens d’acheter et les affaires ralentissent ».

« Le sucre, le sorgho, la farine et le sel sont les denrées qui coûtent le plus cher au marché, et il est impossible de trouver des fruits et des légumes. La viande et les oufs sont aussi très onéreux. Tous les produits sont affectés ».

« Certaines personnes restent maintenant à la maison et demandent à leurs proches de les aider parce qu’elles n’ont pas les moyens d’acheter [ce dont elles ont besoin] ».

« Si les produits sont si chers, c’est à cause de la séparation des pays et des taxes. Des produits sont importés secrètement, et lorsqu’ils [les collecteurs de taxes illégaux] vous attrapent, ils exigent la moitié de ce que vous avez payé pour obtenir le produit au nord et vous ne faites aucun profit ».

« Les mines représentent une véritable menace pour la population, car toutes les routes sont maintenant bloquées. Avant, nous réussissions à faire entrer des produits [au Soudan du Sud], mais les mines nous empêchent maintenant d’amener plus de marchandises. Elles explosent sous les roues des véhicules et il nous est impossible d’amener plus de produits ».

« Je cultive moi-même quelques produits, mais je n’ai pas fait de bonnes récoltes à cause des précipitations inadéquates ».

Source : http://www.irinnews.org

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe


5 articles au hasard

1.  Après le numéro de clown du Macron au Burkina Faso, retour aux fondamentaux…

2.  Le CADTM lancera le 24 mars un appel au Parlement européen pour l’organisation d’un audit de la dette tunisienne

3.  Madagascar - Toamasina : Les ouvriers de l’usine de Dynatec en grève

4.  La compensation de la biodiversité de Rio Tinto à Madagascar : un double accaparement de terre au nom de la biodiversité ?

5.  Djibouti : DANGER pour la vie du témoin-clé de l’affaire BORREL


Les plus populaires

1.  Texte liminaire de la Conférence de presse du mercredi 04 mai 2016 : Des fondements de la rupture d’avec les coalitions Bennoo Siggil Senegal et Bennoo Bokk Yaakaar à la formulation des nouvelles exigences et tâches, ou le temps de l’alternative populaire.

2.  Aide-ménagères à Bamako : Ton paradis, mon enfer

3.  MADAGASCAR : le premier État de la planète à souffrir de la famine à cause du dérèglement climatique

4.  Djibouti : Protection citoyenne pour Mohamed KADAMY

5.  Mauritanie : Déclaration à la mémoire des victimes de la funeste journée du 27 novembre 1990