Vous êtes ici : Accueil » Afrique de l’Est » Sud Soudan » SOUDAN DU SUD : Teresa Nyakouth, « Il avait toujours les chaussures à la main (...)

SOUDAN DU SUD : Teresa Nyakouth, « Il avait toujours les chaussures à la main quand il est mort »

D 26 mai 2012     H 05:30     A IRIN     C 0 messages


BENTIU - Teresa Nyakuoth, 24 ans, mère de deux enfants, faisait des courses au marché proche de son domicile à Rubkhona, un district de la ville de Bentiu au Soudan du Sud, quand l’armée soudanaise a bombardé la ville le 23 avril.

Un adolescent a été tué sur le coup et un autre a succombé à ses blessures quelques heures plus tard, alors qu’il avait été admis à l’hôpital pour de graves brûlures et blessures à la tête.

Une dizaine de personnes ont été blessées lors du bombardement, qui a déclenché une panique générale au sein des communautés locales.

Au moins cinq personnes avaient trouvé la mort une semaine plus tôt lorsqu’une bombe avait frappé un salon de thé de Bentiu, la capitale de l’État d’Unité.

Deux roquettes sont tombées près d’un pont menant à Rubkhona, alors que les journalistes d’IRIN se trouvaient à Bentiu.

Selon des responsables sud-soudanais, des bombes ont été larguées sur Bentiu, qui se trouve à au moins 70 km de la frontière avec le Soudan, à quatre reprises en l’espace de dix jours.

Les habitants interrogés par IRIN ont exprimé leur frustration de voir que, malgré les pressions de la communauté internationale, le Soudan n’avait pas mis fin aux attaques aériennes au sud de sa frontière, alors que le Soudan du Sud avait accepté de se retirer de Heglig, [ http://www.irinnews.org/fr/Report/95299/SOUDAN-SOUDAN-DU-SUD-Heglig-et-la-fronti%C3%A8re ] la zone pétrolière contestée située à la frontière.

Mme Nyakuoth a évoqué les évènements du 23 avril :

« J’ai entendu du bruit lorsque l’avion a largué des bombes sur la population ; les gens se sont tout de suite enfuis et puis j’ai vu qu’un garçon avait été touché par l’explosion et qu’il était mort.

« Les magasins étaient en feu et tout le monde avait peur de l’avion.

« Le garçon allait à l’école et avait l’habitude de jouer avec les autres garçons sur le terrain de football.

« Son père l’a envoyé acheter des chaussures avec trois autres garçons. Il avait toujours les chaussures à la main quand il est mort. C’était seulement un adolescent.

« La principale bombe est tombée sur ce magasin, puis le feu s’est propagé à deux autres magasins.

« Cet avion est venu pour tuer des gens. Il ne ciblait pas l’armée, car si on veut l’atteindre, il faut bombarder les lignes de front.

« Aujourd’hui, j’ai peur de vivre ici. Le jour du bombardement, la clôture autour de ma maison est tombée. Les enfants étaient là. Seul Dieu pouvait savoir si quelqu’un allait s’en sortir.

« J’ai peur de rentrer chez moi, mais je n’ai nulle part où aller.

« Les gens avaient très peur quand les troupes se sont retirées de Heglig. Il y a beaucoup de soldats dans les environs [Il y a des casernes et une bande d’atterrissage à quelques kilomètres de là] et j’ai peur que les ennemis ne viennent en ville, parce qu’ils ne voient pas beaucoup de soldats sur la ligne de front.

« La plupart de mes voisins sont déjà partis. Deux familles à côté, cinq en face, et d’autres encore un peu plus loin ».

Source : http://www.irinnews.org