Vous êtes ici : Accueil » Afrique de l’Ouest » Bénin » A propos de l’Opération marquage et déguerpissement du domaine (...)

A propos de l’Opération marquage et déguerpissement du domaine public

D 24 novembre 2016     H 05:52     A Parti Communiste du Bénin     C 0 messages


COMMUNIQUE DE L’ORGANISATION DE BASE DU PCB DU LITTORAL
(ODB/PCB du Littoral)

Le Ministre en charge du Cadre de Vie José Didier TONATO, accompagné des autorités décentralisées et locales, a lancé le jeudi 10 novembre 2016 l’opération Marquage et Déguerpissement du domaine public. Pour lui, Cotonou doit être débarrassée des encombrements de trottoirs dès le 31 décembre 2016. Et la capitale économique de notre pays, Cotonou devra présenter le visage d’une capitale débarrassée des baraques et autres installations empiétant sur le domaine public à compter du 02 janvier 2017. Il déclare à cette occasion « qu’il faut que force reste à la loi, que nos villes soient des cités dignes du nom ».

L’Assemblée Générale de l’Organisation de Base du Parti Communiste du Bénin du Littoral (ODB/PCB du Littoral) soutient cette position du ministre ; mais, elle exige que les autorités municipales et locales complices de tels comportements à Cotonou soient identifiées et punies à la mesure de leurs actes.

Le Ministre José Didier TONATO doit aller plus loin dans le Littoral.
Toutes les réserves administratives à Cotonou doivent être retrouvées et restituées pour la réalisation des infrastructures sociocommunautaires. On doit cesser d’organiser des tournois de football dans les vons et sous les hautes tensions dans notre ville. Les parcelles de nos concitoyens qui continuent de cohabiter avec les complexes scolaires et collèges publics doivent être retrouvées et restituées à leurs propriétaires pour que cesse leur cohabitation avec nos écoles et collèges. Les auteurs de leur pillage doivent être identifiés et punis. Les voies d’écoulement d’eau de pluie doivent être dégagées et les auteurs (conseillers municipaux et locaux ainsi que les géomètres qui y sont impliqués) doivent être identifiés et punis à la mesure de leurs forfaits ; les occupants de bonne foi seront réinstallés ailleurs.

L’ODB/PCB du Littoral appelle les élèves et étudiants, les artisans, les revendeuses et revendeurs des marchés de Cotonou, les artisans et les peuples de Cotonou à se lancer impétueusement dans le combat pour la réalisation de cette œuvre. C’est la seule manière de recouvrer les réserves administratives et les parcelles des particuliers volées et vendues et/ou distribuées entre amis ainsi que les domaines publics (les zones marécageuses) morcelés et vendus à Cotonou.
Cotonou, le 15 novembre 2016

L’Assemblée Générale de l’ODB/PCB du Littoral

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  AFRIQUE AUSTRALE : La lutte contre le trafic d’êtres humains à la traîne derrière les engagements


5 articles au hasard

1.  DÉCLARATION DU MSV-BURKINA SUR LA RÉSISTANCE DU PEUPLE BURKINABE FACE AU PUTSCH DU RSP

2.  RDC : Les veuves Chebeya et Bazana demandent un commissionnement de magistrats militaires de haut rang pour juger le général Numbi

3.  Bénin : COMMUNIQUE DE PRESSE de la CSTB

4.  Les gouvernements africains continuent de sous-financer la santé

5.  Equatorial Guinea : Football and fun to forget media freedom violations ?


Les plus populaires

1.  Élections législatives du 22 février 2013 à Djibouti : dictature, fraudes et répression à l’ombre des bases militaires, quel changement dans la politique française et européenne ?

2.  Djibouti : Protection citoyenne pour Mohamed KADAMY

3.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe

4.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

5.  Nigeria : Les survivantes de la traite confrontées à la pauvreté et la détresse Les autorités devraient renforcer le soutien à ces femmes au lieu de les maintenir dans des centres d’hébergement