Vous êtes ici : Accueil » Afrique de l’Ouest » Bénin » Bénin : RECIT D’UN PROCES EPIQUE

Bénin : RECIT D’UN PROCES EPIQUE

ORGANISATION DE BASE (ODB) DE NATITINGOU

D 24 juin 2011     H 04:33     A Parti Communiste du Bénin     C 0 messages


De mémoire d’homme, le tribunal de Première Instance de Natitingou n’a connu autant la présence effective de toutes les couches, toutes catégories confondues comme à ce procès du Mardi 31 Mai 2011. Et pour cause, le Président du Comité de Développement de Natitingou, le « Général » Kassa Mampo Nagnini Gilbert comparaissait après 08 jours de séjour dans les bagnes de l’autocrate YAYI Boni.

Le "Général KASSA", Président du CDN a été arrêté le Lundi 22 mai 2011 au petit matin et amené à la Brigade Territorial de Natitingou dans les mains du tortionnaire Madogotcha René, commandant de cette Brigade, reconnu provocateur, à l’origine des fusillades qui ont suivies la marche du 04 Mai 2011, après qu’une motion ait été lue à monsieur le SG MORA Baro en lieu et place du Préfet N’DAH SEKOU Gervais ce même Lundi. Le Président du CDN a été entendu par le procureur de la République sur instruction de sa hiérarchie et sur plainte du criminel commissaire de Natitingou Koto Yérima Baguidi. Le zélé Procureur écroue alors KASSA, Président du CDN, sous les chefs d’accusation suivants : Menace verbale de mort, Outrage à agent en service et Incitation à la rébellion. Ce dernier est conduit à la Prison civil et notification lui est faite de comparaître en audience publique le mardi 31 mai 2011.

Comble de l’imposture ! C’est le Commissaire Koto Yérima Baguidi qui a ordonné de tirer sur les manifestants pacifiques où le jeune Fawaz a connu la mort, une dizaine de personnes ont été blessés, près de quarante autres enfermés dans les différentes brigades de police et de gendarmerie, avec une dizaine de motos saisies ; fort du soutien de l’autorité et de certains membres du « Comité d’apaisement » mis sur pied au cours d’une AG de la population convoque par le « Comité des sages » de la ville de Natitingou dirigé par PEDRO.

En effet au cours d’une réunion à la Préfecture en présence du Ministre d’Etat et de la défense Kogui N’Douro, celui de la Justice AKOFFODJI Grégoire et celui de la Prospection Minière KASSA Barthemy et du Préfet de l’Atacora-Donga lui-même, que le vieux Kora, connue pour sa traitrise des mouvements de revendications clame a corps et cri la mise hors d’état de nuire par l’autorité de KASSA, Président CDN. Il sera suivi par le vice-président du COSNAT Joseph Kouakiré Tougakouagou qui trouve que l’animation des AG et réunions par le Président CDN est une faiblesse du pouvoir. Appelant l’autocrate à la confiscation déjà programmée des libertés. Mais les travailleurs et les peuples du Bénin en général et ceux de l’Atacora en particulier voient dans ces tueries, arrestations, chasse à l’homme et état de siège de la ville de Natitingou les manœuvres qui donnent les coudées franches au gouvernement de YAYI, N’DA SEKOU et METIKI pour un 1er Août bâclé : Natitingou toujours dans l’obscurité, sans eau potable et surtout une gestion opaque des 20 milliards accordés à cette occasion. YAYI est réélu c’est alors fini ; plus rien ne bouge.

Mais les peuples y voient une injustice à la limite, une injure quand on sait comment KEREKOU n’a pas ménagé ses efforts pour que YAYI soit non seulement Président de la République en 2006, mais pour son « K O » en 2011 et sa participation personnelle pour rehausser les festivités devant marqué l’investiture du 06 avril 2011. Bien sûr KEEKOU n’a rien fait pour Natitingou. Mais fusiller, tuer et blesser, arrêter et bastonner, terroriser les paisibles habitants, poursuivre les responsables du CDN qui ont dirigé une marche pacifique ; tout ceci dépasse l’entendement et révèle le caractère hideux de l’autocratie.

C’est donc là le fondement de cette sortie massive de toutes les couches pour ne pas dire habitants de Natitingou et Villages et Communes alentours qui ont exprimé leur ras-le-bol et qui fâchés contre l’arbitraire ont marqué leur soutien dans cette lutte qui est claire et sans ambages : non au 1er Août 2011 bâclé à Natitingou.

Trop c’est trop car un des lieutenants venait d’être arrêté et provisoirement relaxé pour à peu près les mêmes motifs. Il s’agit de SABI YERIMA Philibert qui au cours de son interrogatoire a dénoncé l’arbitraire et pris l’engagement au nom du CDN de poursuivre l’œuvre de salubrité publique à Natitingou :

- Rejet d’un 1er Août 2011 bâclé à Natitingou ;

- Immortalisation du martyr Fawaz tombé sur le champs d’honneurs, déjà élevéau rang de chevalier de l’Ordre à l’occasion de la 5e AG de l’INIREF et 10èmeconférence des Intellectuels traditionnels tenues à l’ ISBA au champ de foire de Cotonou le 14 mai 2011.

- Le contrôle l’exécution des travaux objet des 20 milliards par le CDN à travers l’implication des opérateurs économiques locaux à qui il sera difficile d’abandonner impunément les chantiers, mais c’est aussi eux qui versent les impôts à la Commune. Les recrutements des jeunes ouvriers et manœuvres sur les chantiers, afin de diminuer temporairement le chômage. Les jeunes scolaires pourront de leurs gains ainsi aider leurs parents à préparer leur rentrée.

On comprend alors pourquoi jeunes, hommes, femmes, scolaires et sages ont bravé la fureur des autorités prêtes à tirer sur les paisibles et honnêtes gens et les travailleurs, pour tous travaux cessant envahir la salle d’audience devenue très exigüe, la cour elle-même petite et les abords du Palais de Justice de Natitingou.

L’évènement est de taille et on note la présence d’un conseil pour la défense du prévenu, le Général KASSA Mampo G. Il s’agit des éminents avocats à la Cour : maître Laurent MAFON et maître Aboubacar Baparapé ; sous le double encadrement des sieurs Gustave ANATO, Président de l’ODHP et Paul Essè IKO, Secrétaire Général Adjoint de la grande CSTB, la 1ère confédération syndicale au Bénin. Etaient aussi présent les Représentants d’autres comités qui ont requis l’anonymat. Et les responsables locaux du PCB.

Cela vaut la chandelle et le Président du CDN a pu rendre hommage à tout ce beau monde, mais aussi au Bénin tout entier pour défaire l’autocratie à nouveau naissante, en dénonçant les actes crapuleux et les agents zélés pour exécuter cette basse besogne.

Les avocats ont pris leur responsabilité en montrant à la masse présente le danger que courent les travailleurs et les peuples, puis demandent à la justice béninoise de sauvegarder son indépendance en se démarquant des injonctions de ce gouvernement mafieux.

Parlons du Commissaire Baguidi, l’audacieux plaignant qui reconnait avoir donné l’ordre de tirer, et charger les manifestants ; bombes et tirs à bal réels ayant coûté la vie au jeune Fawaz. Baguidi jouissant de l’impunité des crimes au Bénin a pris une bonne ration de la part du Général Kassa, des avocats et de la foule qui l’a hué et l’a obligé à sortir « la queue entre les jambes ». L’impunité a fait que non seulement il est libre mais nargue les gens. L’exigence des masses est claire. Il faut l’arrêter, le juger et le punir à la mesure de sa forfaiture.

Le procureur quand à lui a avoué qu’il a reçu l’ordre de l’extérieur tout en reconnaissant l’œuvre de générosité du « Général Kassa ». Il pense qu’il éclaire « trop » les populations et que cela peut nuire à YAYI. Le procureur ne poursuit pas les criminels. Au contraire il leur donne plus de force pour brimer et museler. Son ingratitude à l’égard du peuple combattant lui est révéler par les avocats qui ont tiré la sonnette d’alarme pour l’indépendance de la justice.

Mettons encore une fois en évidence l’engagement de la Cour Royale Dassakaté, foulée au pied par les autorités assassines qui ne demandent pas pardon pour avoir souiller le sol de Natitingou. Le régent a montré sa bonne foi et son dévouement au CDN.

C’est le lieu de dire bravo et félicitation à tous les acteurs de la mise en liberté du Général, qui est l’expression de la reconquête de haute lutte de la liberté de parole, de réunion, d’association remises en cause ; la libération totale de Natitingou. De toutes les bouches on entend « Natitingou est libérée ». Moi je dirai que le Bénin est libéré de l’autocratie. Dénoncer les abus de tout genre doit désormais être le leitmotiv des travailleurs et des peuples. Les masses font la révolution le Parti Communiste du Bénin (PCB) les éclaire. Il va de soi et rien ne peut arrêter le cours de l’histoire. Seulement pour mettre fin réellement à l’autocratie, les travailleurs et les peuples doivent se mettre dans les rangs de la Démocratie Révolutionnaire en prenant d’assaut les comités.

C’est pourquoi, j’estime que le CDN doit s’organiser d’avantage et s’engager résolument pour le développement de Natitingou. La fête est totale pour les jeunes qui ont séjourné au tribunal de 08h à 19 heures. Ils ont accompagné le Général à la Prison Civile de Natitingou, l’ont accueilli à la sortie à 22 heures et présenté à toutes les populations de tous les quartiers de Natitingou, de Sossouna à la stèle de Kaba puis rendu à sa famille.

Ils ont ainsi fêté leur victoire, la victoire du CDN et de tout le peuple. C’est très bien ! Excellent même ! Cela prouve que vous n’allez pas dormir sur vos lauriers !

Alors vigilance, militantisme et combat !!!

Natitingou, le 06 juin 2011

Pour l’ODB de Natitingou,

Le reporteur,

Porimate