Vous êtes ici : Accueil » Afrique de l’Ouest » Bénin » CE QUE JE VEUX POUR MON PAYS, LE BENIN

CE QUE JE VEUX POUR MON PAYS, LE BENIN

D 4 mars 2011     H 05:30     A Parti Communiste du Bénin     C 0 messages


Ce que je veux pour le Bénin part d’un diagnostic :

Cinquante ans après l’indépendance et vingt ans après le Renouveau Démocratique, notre pays le Bénin demeure un pays d’économie coloniale de traite : entraves à l’industrialisation ; production et exportation de matières premières ; importation de produits manufacturés ; domination monétaire et financière ; hégémonie linguistique, culturelle de l’ex-colonisateur.
La gouvernance demeure celle de pouvoir déprédateur, de pillage, de corruption et répondant pour l’essentiel des directives venant de l’extérieur et pour des intérêts étrangers. Nos langues et cultures sont piétinées et réduites au rang de folklores.

Les conséquences de cette situation : analphabétisme massif, démotivation des travailleurs, sous-emploi et chômage de la jeunesse, misère, morbidité et famine généralisées.

Le pouvoir de YAYI Boni a aggravé tous ces maux. Il a instauré avec la complicité de la Cour Constitutionnelle un Etat de fait, un Etat de non droit, de terreur et de tyrannie. Il faut le chasser du pouvoir et le remplacer par un gouvernement des travailleurs et des peuples.

Seul le Gouvernement des Travailleurs et des Peuples, expression de l’alliance de mon Parti, le PCB, avec les travailleurs et les Peuples et formé en concertation avec les représentants des divers secteurs de la vie du pays constitue la seule alternative crédible. Seul un tel pouvoir peut gouverner autrement et prendre des mesures efficaces et démocratiques pour le développement socio-économique et éthique de notre patrie.

Ce gouvernement dont je suis prêt à assumer la conduite au nom de l’Alliance ‘Démocratie Révolutionnaire & Ecologistes’ aura pour mission la levée des entraves pour le développement accéléré du capitalisme dans notre pays et son industrialisation rapide pour l’amélioration du sort des populations.
Cette mission de mon Gouvernement se traduit en les objectifs suivants :

-  Libérer la production en appuyant fortement les producteurs et opérateurs économiques nationaux ;
-  Accroître la productivité par l’instruction de tous les citoyens, notamment à travers leurs langues maternelles ;
-  Faire de tous les Béninois des citoyens fiers, empreints de leurs cultures et ouverts au monde.

Ce gouvernement mettra en œuvre les mesures essentielles ci-après :

Au Plan politique

1. Respect des libertés individuelles et collectives. Accès équitable aux médias publics.

2. La reconnaissance de toutes les langues parlées au Bénin comme langues d’instruction et d’administration.

3. La création de Commissions chargées de faire la lumière sur les crimes politiques et les scandales économiques, d’en établir les auteurs, les traduire devant la justice, de réhabiliter et d’indemniser les victimes.

4. L’élection et la révocabilité des directeurs techniques des entreprises et administrations publiques par les travailleurs et des délégués des usagers.

5. La fixation de la rémunération des ministres au niveau du salaire des enseignants du supérieur.

6. L’appui sur nos valeurs traditionnelles positives en matière d’administration, de justice, de médecine, de sécurité avec la reconnaissance des acteurs traditionnels (Rois, Chefs de terre et notables, chefs de couvents, guérisseurs, groupes de chasseurs, devins) dans ces domaines. La création au Parlement d’une Chambre des Dignitaires et des Rois chargée d’examiner la conformité des lois avec les valeurs traditionnelles positives.

Au Plan de l’instruction et de l’édification rapide de notre pays :

1. La suppression des Nouveaux programmes d’Etudes (NPE) et le démarrage de l’instruction des enfants dans leurs langues maternelles.

2. Enrayer l’analphabétisme (d’ici 2016) avec l’instruction des adultes analphabètes à travers leurs langues maternelles.

3. La création d’une Académie des Lettres, Sciences, Arts, avec en son sein une section de médecine traditionnelle.

4. La suppression totale des contributions scolaires et la fourniture progressive aux élèves des livres et autres matériels d’études aux frais de l’Etat.

5. L’informatisation de la vie du pays par l’interconnexion de tous les centres scolaires, sanitaires, industriels et commerciaux ; la dotation de deux ordinateurs par village et quartier de ville avec accès à l’internet.

Au plan économique et social

1) Arrêt du processus de privatisation des secteurs stratégiques et le retour des entreprises stratégiques privatisées dans le giron de l’Etat.

2) La création d’une Banque d’Etat pour l’accès au crédit aux entrepreneurs nationaux et aux artisans pour la promotion industrielle au Bénin.

3) La protection des producteurs et opérateurs économiques béninois contre la concurrence déloyale étrangère et l’assainissement du climat des affaires au Bénin.

4) L’aide à la coopérativisation des artisans dans le sens de leur regroupement en grandes manufactures et en fabriques et l’aide de l’Etat à la formation continue des artisans pour le maintien et l’élévation constante de leur niveau technique.

5) L’aide à la coopérativisation des paysans ainsi qu’aux agriculteurs pour la constitution de groupes agro-industriels

6) La détermination de la rémunération des travailleurs de concert avec leurs organisations et le patronat privé et ceci en rapport avec l’élévation du coût de la vie.

7) L’obligation de soins à toute personne malade et qui se présente à un centre de santé avant toute question de modalités de remboursement des frais ainsi occasionnés.

8) La suppression des taxes iniques qui frappent les pauvres (taxes de marchés, contributions scolaires, etc.).

Mon gouvernement rentrera en pourparlers avec les autres pays de l’UEMOA et de la CEDEAO pour la création d’une monnaie commune indépendante du Trésor français telle que réclamée par tous les patriotes et producteurs nationaux et africains.

Compte tenu de l’importance des mesures qui conduisent dans les faits à une Nouvelle République, mon gouvernement soumettra au peuple par referendum un projet de loi constitutionnelle portant abrogation de la Constitution actuelle et élection d’une Constituante en vue de l’élaboration et de l’adoption d’une nouvelle Constitution qui consacre ces nouveaux droits.

Béninoises et Béninois, mes chers compatriotes ! Voilà le programme qu’il vous est donné de réaliser, voilà le nouveau qu’il vous est donné de commencer à construire tout de suite et maintenant même afin de rompre avec la stagnation des 50 ans et l’enlisement dans la corruption des 20 dernières années.

Vive le Gouvernement des travailleurs et des peuples !

Philippe T. NOUDJENOUME

Candidat aux Elections présidentielles 2011
au nom de l’Alliance ‘Démocratie Révolutionnaire & Ecologistes’.