Vous êtes ici : Accueil » Afrique de l’Ouest » Burkina Faso » Affaire François Compaoré : Survie se réjouit de la décision de justice en (...)

Affaire François Compaoré : Survie se réjouit de la décision de justice en faveur de son extradition et espère qu’elle sera rapidement suivie d’effet

D 12 décembre 2018     H 05:49     A Survie     C 0 messages


La chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Paris vient de rendre un avis favorable à l’extradition vers le Burkina Faso de François Compaoré. Le frère de Blaise Compaoré, dictateur renversé par la rue en 2014 après 27 années au pouvoir, est suspecté d’être le commanditaire de l’assassinat de Norbert Zongo et ses compagnons, le 13 décembre 1998 : cette décision intervient donc quasiment 20 ans jour pour jour après la mort de ce journaliste.

L’association Survie, qui demande cette extradition depuis longtemps [1], salue cette décision qui est un pas important vers un procès dans cette affaire emblématique des années Compaoré au Burkina Faso. Il reste cependant d’autres étapes avant que cette extradition puisse avoir lieu et que la justice burkinabè puisse faire son travail. La décision d’aujourd’hui est en effet susceptible d’un recours, dans un délai de cinq jours, auprès de la Cour de Cassation. Si tel était le cas, Survie espère un rejet et sera surtout vigilante sur la phase politique qui s’ouvrira ensuite : la Garde des sceaux devra en effet soumettre au Premier ministre un décret d’extradition, sans qu’aucun délai ne soit fixé [2].

Thomas Borrel, porte-parole de Survie, l’explique : « Nous nous réjouissons de la décision judiciaire rendue aujourd’hui, même si nous sommes conscient que les avocats de François Compaoré ne manqueront pas de l’attaquer devant la Cour de Cassation. Nous espérons que ce pourvoi sera rejeté, et nous demandons au gouvernement français de tout mettre en oeuvre pour que soit alors pris sans délai un décret d’extradition. Le président Emmanuel Macron, qui avait été interpellé à ce sujet par une étudiante après son discours à Ouagadougou l’année dernière, a conscience que la France est attendue sur ce dossier emblématique. »

L’association Survie rappelle que les autorités françaises ont déjà permis au frère de François Compaoré, l’ex-dictateur Blaise Compaoré, d’échapper à la justice de son pays : les forces spéciales françaises l’avaient discrètement exfiltré il y a quatre ans, à l’issue de l’insurrection populaire. Il a vécu depuis au Maroc et en Côte d’Ivoire, à l’abri de toutes poursuites.

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe


5 articles au hasard

1.  Pensioners woes : The need for labour movement’s concerted efforts

2.  Mali : « La guerre, c’est la politique continuée par d’autres moyens »

3.  Second revolution brings down Egypt’s president

4.  Grève et manifestation devant la préfecture le 9 avril à La Réunion

5.  Accord de coopération judiciaire France-Maroc La France, nouvelle alliée objective du système tortionnaire marocain


Les plus populaires

1.  Nigeria : Les survivantes de la traite confrontées à la pauvreté et la détresse Les autorités devraient renforcer le soutien à ces femmes au lieu de les maintenir dans des centres d’hébergement

2.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

3.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe

4.  AFGHANISTAN : L’invasion des barbares et le capitalisme du désastre

5.  Texte liminaire de la Conférence de presse du mercredi 04 mai 2016 : Des fondements de la rupture d’avec les coalitions Bennoo Siggil Senegal et Bennoo Bokk Yaakaar à la formulation des nouvelles exigences et tâches, ou le temps de l’alternative populaire.