Vous êtes ici : Accueil » Afrique de l’Ouest » Burkina Faso » Affaire Thomas Sankara et ses compagnons. Enfin un début de justice ! Mais (...)

Affaire Thomas Sankara et ses compagnons. Enfin un début de justice ! Mais l’enquête doit se poursuivre sur le volet international !

D 20 octobre 2021     H 05:00     A "Justice pour Sankara justice pour l’Afrique"     C 0 messages


Après des années de combats et d’attente, le procès des assassins de Thomas Sankara et de ses compagnons s’ouvre le 11 octobre prochain à Ouagadougou. C’est pour le réseau international « Justice pour Thomas Sankara, justice pour l’Afrique » une grande satisfaction.

Les avocats de Blaise Compaoré ont décidé de perturber le procès. Ils viennent d’annoncer qu’ils le boycotteront [1]. M. Pierre Olivier Sur, également avocat de François Compaoré, n’hésite pas à avancer des mensonges éhontés[2].

Leur stratégie consiste uniquement à décrédibiliser la justice burkinabè. M. Pierre Olivier Sur tente d’influencer l’opinion publique en maniant sans scrupule l’insulte et le mépris pour le peuple du Burkina Faso et ses institutions[3].

Pour notre part, nous saluons le travail et le courage du juge François Yaméogo, rigoureux tout autant que tenace, qui a mené l’instruction et lancé en particulier une commission rogatoire envers la France et demandé l’ouverture du secret défense.

Nous rappelons au président Emmanuel Macron sa promesse faite à Ouagadougou en 2017 de déclassifier et de livrer effectivement tous les documents liés à l’affaire Sankara à la justice burkinabè.

Ce procès risque d’être amputé du volet international du dossier, puisque, après la disjonction, seule l’instruction sur le volet national du dossier est close. Aussi nous exhortons les avocats des victimes civiles à faire en sorte que le Tribunal évoque tout de même cette partie du dossier, au vu des éléments nouveaux de l’enquête, notamment l’arrivée de Français le 16 octobre 1987 pour "nettoyer" les écoutes téléphoniques.

Il est crucial de savoir qui sont ces personnes et qui les a envoyées. Pour cela, relancer la commission rogatoire en direction de la France ou en lancer une nouvelle permettrait d’éclaircir ces zones d’ombre. Ces écoutes auraient pu permettre, semble-t-il, de prouver la participation de Blaise Compaoré et de Jean Pierre Palm au complot visant à assassiner Thomas Sankara et ses compagnons.

Nous exhortons le nouveau juge en charge de la poursuite du volet international à mener l’instruction jusqu’à son terme et notamment continuer à demander à la France de fournir effectivement les documents classés secret défense, et les pays soupçonnés d’être impliqués à collaborer à l’enquête.

La mobilisation doit en particulier se poursuivre en direction de ces pays, en particulier, la France, le Togo, la Côte d’Ivoire, le Liberia, la Libye et les Etats-Unis.

Fait à Ouagadougou, Paris, Niamey, Dakar, Bamako, New York, Toronto, Las Palmas, , Turin, Albany, Sabadell (Catalogne), Bobo Dioulasso, Montpellier, Banfora, Toulouse, Ajaccio

Le réseau international Justice pour Sankara justice pour l’Afrique

Contact : contactjusticepoursankara@gmail.com

[1] Voir https://lefaso.net/spip.php?article108055

[2] En réalité un mandat international a bien été annulé mais il concernait le procès du putsch de 2015. Le mandat concernant l’affaire Thomas Sankara date de décembre 2015 et n’a jamais été annulé. Quant à la loi d’amnistie que Blaise Compaoré avait fait adopter pour son propre compte, elle a été supprimée par le Conseil National de la Transition par la loi constitutionnelle N°072-2015/CNT portant révision de la constitution.

[3] M. Pierre Olivier Sur a par exemple déclaré : « si François Compaoré est extradé il sera découpé en rondelles » (voir https://blogs.mediapart.fr/bruno-jaffre/blog/090418/sil-est-extrade-francois-compaore-sera-decoupe-en-rondelles) et plus récemment : « Si François Compaoré est extradé, il sera tué en cellule » voir https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210712-burkina-si-fran%C3%A7ois-compaor%C3%A9-est-extrad%C3%A9-il-sera-tu%C3%A9-en-cellule-selon-ses-avocats

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe


5 articles au hasard

1.  Après le numéro de clown du Macron au Burkina Faso, retour aux fondamentaux…

2.  Le CADTM lancera le 24 mars un appel au Parlement européen pour l’organisation d’un audit de la dette tunisienne

3.  Madagascar - Toamasina : Les ouvriers de l’usine de Dynatec en grève

4.  La compensation de la biodiversité de Rio Tinto à Madagascar : un double accaparement de terre au nom de la biodiversité ?

5.  Djibouti : DANGER pour la vie du témoin-clé de l’affaire BORREL


Les plus populaires

1.  Texte liminaire de la Conférence de presse du mercredi 04 mai 2016 : Des fondements de la rupture d’avec les coalitions Bennoo Siggil Senegal et Bennoo Bokk Yaakaar à la formulation des nouvelles exigences et tâches, ou le temps de l’alternative populaire.

2.  Aide-ménagères à Bamako : Ton paradis, mon enfer

3.  MADAGASCAR : le premier État de la planète à souffrir de la famine à cause du dérèglement climatique

4.  Djibouti : Protection citoyenne pour Mohamed KADAMY

5.  Mauritanie : Déclaration à la mémoire des victimes de la funeste journée du 27 novembre 1990