Vous êtes ici : Accueil » Afrique de l’Ouest » Burkina Faso » Les militaires français en mission au Burkina bénéficient d’une « Immunité (...)

Les militaires français en mission au Burkina bénéficient d’une « Immunité totale » même s’ils tuent

D 20 janvier 2016     H 18:39     A     C 0 messages


L’accord que notre pays a signé avec la France sur le « détachement de militaires français au Burkina Faso pour la sécurité au Sahel » est une poudrière. Ce document de 8 pages signé le 9 janvier 2015 comporte pratiquement des parties injurieuses est explicites qui montrent une fois de plus jusqu’à quel point la colonisation continue. Ce document fait de notre pays, une « province » de la France.

Au nom de la « lutte contre le terrorisme » qu’elle-même n’arrive pas à faire jusque dans sa capitale, la France se pointe bel et bien au Burkina Faso au risque de trainer « ses terroristes » dans notre pays. Pire encore, cet accord donne des droits aux militaires français sur notre sol qu’ils n’ont pas sur leur sol.
Tenez, en son article 4, l’accord stipule que : « Pendant la durée de sa présence, le personnel militaire de la partie française bénéficie, à l’égard de la partie Burkinabè, des immunités et privilèges identiques à ceux accordés aux experts en mission par la convention sur les privilèges et immunités des Nations unies du 13 février 1946 ».

C’est injurieux pour un Etat indépendant, même pauvre. Un militaire français en mission au Burkina est donc un expert des Nations unies ? Est-ce qu’en signant cet accord le ministre délégué chargé de la Coopération régionale de l’époque, Moussa Nébié a pensé à ce que l’armée française à fait en Côte d’Ivoire ? A-t-il demandé à la partie française la raison pour laquelle elle souhaitait l’Immunité pour ses soldats ? Comprenez donc qu’il n’y aura jamais jugement s’ils violent des femmes, des filles et mêmes des mineurs comme ça déjà été le cas. Même quand ils tuent un militaire ou civile Burkinabè, il n’y aura rien. Immunité totale.

Voyons ensemble le contenu de l’article 12 : « Chaque partie renonce à tout recours qu’elle pourrait avoir contre l’autre partie, les forces, ou un membre du personnel de cette partie pour les dommages causés à ses biens ou à son personnel, y compris ceux ayant entrainé la mort, en raison d’actes ou de négligences dans l’exercice des fonctions officielles qui découlent du présent accord. Lorsque le tiers intente une action judiciaire, la partie burkinabè se substitue à la partie française devant les instances compétentes du Burkina Faso en vertu des immunités des Etats qui lui sont reconnus. En cas de condamnation définitive, les parties déterminent la répartition entre elle de la prise en charge… »

Voilà jusqu’où des responsables peuvent condamner leurs citoyens sous le couvert d’une convention suicidaire avec une armée française qui a déjà tué assez de civiles en Afrique notamment noire et violer des femmes et des enfants. Il est temps que les autorités actuelles trouvent les moyens de revoir cet accord pendant qu’il est temps, sinon même annulé l’accord. C’est également le devoir de veille de la société civile. Pour l’instant, la colonisation continue, le risque de dérapage est imminent !


Voir en ligne : Salfo

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe


5 articles au hasard

1.  Pensioners woes : The need for labour movement’s concerted efforts

2.  Mali : « La guerre, c’est la politique continuée par d’autres moyens »

3.  Second revolution brings down Egypt’s president

4.  Grève et manifestation devant la préfecture le 9 avril à La Réunion

5.  Accord de coopération judiciaire France-Maroc La France, nouvelle alliée objective du système tortionnaire marocain


Les plus populaires

1.  Nigeria : Les survivantes de la traite confrontées à la pauvreté et la détresse Les autorités devraient renforcer le soutien à ces femmes au lieu de les maintenir dans des centres d’hébergement

2.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

3.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe

4.  AFGHANISTAN : L’invasion des barbares et le capitalisme du désastre

5.  Texte liminaire de la Conférence de presse du mercredi 04 mai 2016 : Des fondements de la rupture d’avec les coalitions Bennoo Siggil Senegal et Bennoo Bokk Yaakaar à la formulation des nouvelles exigences et tâches, ou le temps de l’alternative populaire.