Vous êtes ici : Accueil » Afrique de l’Ouest » Guinée-Bissau » Guinée-Bissau - 3 août 1959 : Massacre de Pidjiguiti

Guinée-Bissau - 3 août 1959 : Massacre de Pidjiguiti

D 30 août 2015     H 05:16     A     C 0 messages


Pidjiguiti est un port situé dans l’actuelle Guinée-Bissau. En 1959, alors que le pays était sous domination portugaise, le port connut une grève des dockers qui réclamaient l’amélioration de leur salaire. Cette grève avait été initiée par le Parti Africain pour l’Indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC) – fondé par des militants dont Amilcar Cabral en 1956 – pour lequel il s’agissait de la première action d’envergure. Le 3 août 1959, le PIDE – la police politique portugaise – mit fin à la grève en ouvrant le feu sur les manifestants causant ainsi la mort de plus de 50 personnes. Les autorités portugaises accusèrent le PAIGC d’être à l’origine du mécontentement des dockers et des troubles liés à la grève.

Un mois après le massacre de Pidjiguiti, les leaders du PAIGC se réunirent en Guinée-Bissau afin d’établir une nouvelle stratégie de lutte contre la domination portugaise. La lutte armée fut définie comme étant la seule solution pour l’accès à l’indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert. C’est ainsi que le PAIGC, soutenu par l’URSS, s’est engagé dans une lutte armée contre l’autorité portugaise au début des années 1960. Ce conflit ne prit fin qu’en 1974 avec la « Révolution des Oeillets » qui mit fin au régime dictatorial que le Portugal connaissait depuis les années 1930.

August 3, 1959 : Massacre of Pidjiguiti

Pidjiguiti is a port located in the present-day Guinea-Bissau. In 1959, when the country was under Portuguese rule, the port experienced a strike of dockers who demanded improvement of wages. The strike was initiated by the African Party for the Independence of Guinea and Cape Verde (PAIGC) - founded by activists including Amilcar Cabral in 1956 - for which it was the first major action. On 3 August 1959, the PIDE - the Portuguese political police - ended the strike by opening fire on protesters and killing more than 50 people. The Portuguese authorities accused the PAIGC to cause discontent of the dockers and strike related disorders.

A month after the massacre of Pidjiguiti, PAIGC leaders met in Guinea-Bissau in order to establish a new strategy against Portuguese rule. The armed struggle was defined as the only way to access to the Independence of Guinea-Bissau and Cape Verde. Thus the PAIGC, supported by the USSR, engaged in an armed struggle against the Portuguese authority in the early 1960s. This conflict ended only in 1974 with the "Carnation Revolution" that ended the dictatorship that Portugal knew since the 1930s.

Source : https://www.facebook.com/DocsAfros

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  AFRIQUE AUSTRALE : La lutte contre le trafic d’êtres humains à la traîne derrière les engagements


5 articles au hasard

1.  DÉCLARATION DU MSV-BURKINA SUR LA RÉSISTANCE DU PEUPLE BURKINABE FACE AU PUTSCH DU RSP

2.  RDC : Les veuves Chebeya et Bazana demandent un commissionnement de magistrats militaires de haut rang pour juger le général Numbi

3.  Bénin : COMMUNIQUE DE PRESSE de la CSTB

4.  Les gouvernements africains continuent de sous-financer la santé

5.  Equatorial Guinea : Football and fun to forget media freedom violations ?


Les plus populaires

1.  Élections législatives du 22 février 2013 à Djibouti : dictature, fraudes et répression à l’ombre des bases militaires, quel changement dans la politique française et européenne ?

2.  Djibouti : Protection citoyenne pour Mohamed KADAMY

3.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe

4.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

5.  Nigeria : Les survivantes de la traite confrontées à la pauvreté et la détresse Les autorités devraient renforcer le soutien à ces femmes au lieu de les maintenir dans des centres d’hébergement