Vous êtes ici : Accueil » Afrique de l’Ouest » Mali » A propos de l’avion suspect ayant atterri dans le Nord du Mali à Tarkint dans (...)

A propos de l’avion suspect ayant atterri dans le Nord du Mali à Tarkint dans le cercle de Bourem

Déclaration du Parti SADI

D 27 novembre 2009     H 21:38     A Parti SADI     C 0 messages


Les autorités maliennes continuent de garder le silence devant les évidences et les révélations accablantes confirmées par un responsable régional de l’Office de l’ONU basé à Dakar selon lesquelles, un Boeing en provenance du Venezuela a débarqué le 05 novembre 2009 de la cocaïne dans la Commune rurale de Tarkint, cercle de Bourem.

Selon le responsable de l’Office de l’ONU, le Boeing qui est parti du Venezuela a atterri sur une piste artisanale près du village de Tarkint à 150 Km au Nord Est de Gao, avant de décharger des tonnes de Cocaïne et d’autres produits illicites.

L’appareil a voulu décoller, mais a connu des ennuis techniques et s’est écrasé juste après son décollage obligeant ses occupants (sortis indemnes) à y mettre le feu pour faire disparaître toute trace compromettante et prendre ensuite la poudre d’escampette sans être inquiétés.

Ces révélations viennent confirmer le fait que notre pays devient progressivement une véritable tête de pont dans le dispositif de montage et de contrôle de nouvelles routes d’importation et d’exportation créés par les cartels de la drogue pour envahir de manière massive les marchés européens, américains et asiatique, réorganiser les marchés locaux de redistribution des stupéfiants, enraciner les gangs locaux, infiltrer l’appareil d’Etat en y construisant des réseaux de protection insoupçonnés et en organisant de manière méthodique des circuits de blanchiment grâce à la complicité de certaines banques et de certains agents chargés de la répression.

Ce travail de pénétration des cartels de la drogue dans notre pays ne peut se faire sans des complicités de haut niveau dans les sphères de la défense et de la sécurité nationale. Cette situation rappelle dangereusement les exemples dramatiques de la Guinée Bissau et de la Guinée Conakry devenus pratiquement des narco-Etats.

Les narco trafiquants et leurs complices ont pour ambition essentielle la main mise sur l’appareil d’Etat des pays du tiers monde. La mal gouvernance, l’impunité, la corruption économique et politique, la recherche effrénée de l’argent et du pouvoir qui caractérisent les dirigeants actuels de notre pays constituent aujourd’hui les causes essentielles de la pénétration du narco trafic.

Mais Il y’a aussi et surtout l’absence d’une réelle volonté politique de l’Etat, sa faiblesse structurelle et organique dans la lutte contre le crime organisé, la connexion de plus en plus ouverte entre certains éléments de l’Etat qui ont pour mission de garantir la conscience morale de la nation contre la corruption avec les criminels de tout acabit, le règne de l’impunité et de l’irresponsabilité, la dérive de la justice et son instrumentalisation par les seigneurs du crime.

S’y ajoute le phénomène de la mondialisation qui a permis aux différentes mafias de rehausser leur niveau de préparation dans les opérations financières grâce à la technologie en matière informatique, la libéralisation du commerce mondial, la transmission d’informations par Internet…

Devant cette situation, le Parti SADI :
- Demande aux autorités maliennes de rompre le silence qu’elles observent depuis la révélation de cette ténébreuse affaire qui porte un sérieux coup à la réputation et à la crédibilité du Gouvernement du Président Amadou Touré qui s’est toujours accoutumé à la politique de l’Autruche pour marquer son embarras et sa gêne devant les scandales qui se multiplient dans le pays ;
- Exige la constitution d’une Commission d’enquête parlementaire pour élucider les zones d’ombre de cette affaire rocambolesque et donner de larges informations à notre peuple qui a besoin de savoir ce qui s’est réellement passé. Cette commission doit situer les responsabilités de tous ceux qui sont chargés de la défense et la sécurité de notre pays et prendre des mesures à la dimension de la violation de notre territoire, de notre dignité et de notre quiétude. Il ne fait aucun doute que mener une opération de cette envergure et près d’une localité où se trouve un important cantonnement de la Gendarmerie Nationale, les trafiquants ont bénéficié de complicités.
- Appelle le Gouvernement à engager une réflexion profonde pour définir une stratégie claire au plan national dans la lutte contre le narcotrafic afin de préserver et garantir une vie saine et un avenir meilleur à notre jeunesse qui aura pour mission de conduire les destinées de notre pays.

Bamako le 25 novembre 2009 Le Bureau National
Le Secrétaire à la Communication
Nouhoum Keita