Vous êtes ici : Accueil » Afrique de l’Ouest » Sénégal » International : La Confédération pour la démocratie et le socialisme (Cds) la (...)

International : La Confédération pour la démocratie et le socialisme (Cds) la fin du blocus des Etats-Unis contre le peuple cubain

D 18 août 2020     H 10:47     A La Confédération pour la démocratie et le socialisme (Cds) , Moulay     C 0 messages


La Confédération pour la démocratie et le socialisme (Cds) qui regroupe And Jëf/ Parti Africain pour la Démocratie et le Socialisme/Authentique (AJ/PADS/A), Conscience Nationale pour le Nouvel Ordre (CNNO), Ligue Démocratique (LD), Parti de l’Indépendance et du Travail-Sénégal (PIT-S), Rassemblement des Travailleurs Africains-Sénégal (RTA-S), Union pour la Démocratie et le Fédéralisme/Mboolo Mi (UDF/MM) exige la fin de l’embargo américain contre Cuba qui date depuis le 3 février 1962.

Un embargo économique, financier et commercial des Etats-Unis contre Cuba qui s’est mué en blocus aggravé par une guerre commerciale, selon le Cds qui rappelle que ce blocus fait suite à la nationalisation expropriant les compagnies américaines. Cet embargo est le plus long de l’époque contemporaine.

« Historiquement, les Etats-Unis ont toujours cherché à faire de Cuba leur arrière-pays. Car, ne l’oublions jamais, ils ont toujours voulu avoir un droit de regard quant à la marche de cette grande île voisine. Les Etats-Unis ont ainsi conservé, grâce à l’amendement Platt de 1902, soit 5 ans après l’indépendance de Cuba, les bases navales de Guantanamo et de Bahia Honda. De 1902 à février 1959, les américains se sont comportés dans l’île en terrain conquis », souligne la Cds.

« Aussi la chute du dictateur BATISTA et l’avènement de la Révolution Cubaine, avec à sa tête Fidèle CASTRO RUZ, sont-ils restés comme une arrête dans la gorge des milieux d’affaires et du Gouvernement américain. Les nationalisations de mai 1959 et les lois progressistes qui s’en ont suivies ont servi d’éléments déclencheurs : sanctions économiques et représailles militaires se sont abattues contre ce pays souverain qui ne voulait pourtant que recouvrer son indépendance totale », poursuit la Cds.

Pour la CDS, ce blocus est une manière de tenter d’obtenir les résultats que le coup de force du débarquement de la baie des cochons n’a pu décrocher en avril 1961. « Le ridicule ne tuant point, les Etats-Unis, en dépit du blocus, sont aujourd’hui les premiers fournisseurs de produits alimentaires de Cuba », souligne le Cds qui réaffirme le droit de tout Etat souverain, quelle que soit sa position géographique, à établir des relations mutuellement bénéfiques avec le pays de son choix. Aussi, elle soutient qu’aucun pays n’a le droit de choisir les partenaires pour un autre pays ; il a plutôt le devoir de respecter l’indépendance et le régime politique que le peuple de ce pays s’est légitimement choisi.

La CDS demeure convaincue que ce blocus insensé, archaïque, illégal et moralement injustifiable des États-Unis contre Cuba retardera, certes, les efforts de ce pays pour atteindre la plénitude de son développement. Mais il est inéluctablement voué à un échec retentissant car le peuple de Cuba continuera de toujours faire bloc derrière les dirigeants qu’il s’est librement choisi. En attendant Cuba continue de souffrir, dans la dignité, les effets d’un blocus qui ne peut être qualifié d’embargo, mais plutôt de guerre économique.

Or, malgré tout, la Grande Île continue d’aider, comme à son habitude, les autres pays à atteindre leurs objectifs de développement. Autrement dit, en dépit de ce blocus, Cuba répond aux sollicitations et chaque fois avec plus de solidarité. Ainsi, de 1963 à nos jours, plus de 400 000 professionnels de la santé ont été présents dans 164 pays de tous les continents. Mieux, 35 613 professionnels de la santé de 138 pays ont été formés gratuitement à Cuba ! C’est que Cuba conçoit la coopération comme un moyen de contribuer au développement des peuples et à leur bien-être économique et social. Pour les Cubains, la solidarité relève de l’essence humaniste de la Révolution et est destinée à tous les hommes de tous les pays.

Voilà pourquoi, en pleine urgence sanitaire, il y a des brigades médicales cubaines qui combattent la COVID-19 dans 35 pays de tous les continents !

En Afrique, Cuba a envoyé ses brigades médicales spéciales au Togo, en Guinée équatoriale, en Afrique du Sud, en Angola, à São Tomé et Principe, au Cap-Vert, au Kenya, en Guinée Conakry, en Guinée Bissau et en Sierra Leone. Cuba accompagne à cette occasion l’Afrique comme elle l’avait fait quand l’épidémie Ebola y sévissait en 2014. À cette époque, l’Organisation des Nations Unies (ONU) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avaient appelé à la coopération et Cuba avait été, comme de coutume, l’un des premiers pays à aller au front.

Cuba est assurément ami de l’Afrique et des Africains ainsi que celui de tous les peuples qui se battent pour leur dignité et pour plus de solidarité et de respect dans les rapports entre Etats.

Aussi, cette guerre commerciale contre la Grande Île, citadelle imprenable de la lutte contre l’injustice, la dépersonnalisation et la déshumanisation, condamnée par vingt-sept résolutions de l’Assemblée générale des Nations Unies et par de nombreuses voix à travers le monde, doit impérativement cesser.

La CDS, réunie ce 13 août 2020, 94ème anniversaire de la naissance de Fidèle Castro RUZ et quatre jours après le 09 août, marquant le 46ème anniversaire de l’instauration des relations diplomatiques entre le Sénégal et Cuba dont la CDS ne ménagera aucun effort pour leur renforcement, demande solennellement la levée du blocus des Etats-Unis contre Cuba afin que ce pays puisse jouer plus pleinement sa partition au sein du concert des nations.

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe


5 articles au hasard

1.  Congo Brazzaville : « En Françafrique, il n’y a pas d’élection »

2.  Comité central du parti SADI à Sikasso : Pour rendre hommage aux résistants et aux pères de l’Indépendance du Mali

3.  Mauritanie : L’UFP, à propos du passage de Aziz à la télé

4.  Cameroun : « Nous demandons une période de transition consensuelle »

5.  ARRESTATION du Président de la LIGUE DJIBOUTIENNE des DROITS de l’HOMME


Les plus populaires

1.  Texte liminaire de la Conférence de presse du mercredi 04 mai 2016 : Des fondements de la rupture d’avec les coalitions Bennoo Siggil Senegal et Bennoo Bokk Yaakaar à la formulation des nouvelles exigences et tâches, ou le temps de l’alternative populaire.

2.  Afrique du sud : The Lives of Women & Girls Are Not Respected

3.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe

4.  Agenda des actions africaines en région parisienne d Avril 2015

5.  Transparency group should reject Ethiopia’s membership due to its restrictions on civil society