Vous êtes ici : Accueil » Afrique de l’Ouest » Sénégal » Liberté totale pour les 9 militants kidnappés par le pouvoir néocolonial du (...)

Liberté totale pour les 9 militants kidnappés par le pouvoir néocolonial du sénégal

D 8 décembre 2019     H 13:21     A Collectif Afrique ( CA)     C 0 messages


LIBERTE TOTALE POUR LES 9 MILITANTS KIDNAPPES PAR LE POUVOIR NEOCLONIAL DU SENEGAL !

Pour avoir exercé leur droit constitutionnel de manifester jusqu’au grille du palais présidentiel contre la hausse du prix de l’électricité, nous apprenons par les mouvements AAR LI NU BOKK, FRAPP, SNP, FDS, Nittu Deug des valeurs, Amnesty Sénégal, Y en A marre, Générations des forces citoyennes, Forum social sénégalais, FNJ/ J.U.R.E, UDPTS, Gilets rouges, mouvement taxawu sa reew que :

"Huit parmi les manifestants sont injustement et arbitrairement privés de liberté et éparpillés dans trois prisons à Dakar. Il s’agit du Camp pénal : Ousmane Sarr ( Chambre 1), Fallou Galass Seck dit Leuz ( chambre 7 ), Guy Marius Sagna ( Haute Sécurité ) - De Reubeuss : Dr Babacar Diop ( chambre 1 interné depuis hier à l’infirmerie) ,Malick Biaye ( chambre 13) - De la prison du cap manuel : Pape Abdoulaye Touré ( chambre 2), Nous ne connaissons pas encore les lieux de détentions de Souleymane Diockou et de Mamadou Diao Diallo".

Les mouvements citoyens et démocratiques du Sénégal ajoutent : " Voilà cinq jours qu’ils ont entamé une grève de la faim sous le regard impitoyable des autorités judiciaires. Leur santé se dégrade de jour en jour. Le Collectif citoyen NooLank tient le président Macky SALL pour responsable de tout ce qui arriverait à ces dignes patriotes dont la vie est aujourd’hui dangereusement menacée".

Il est clair que le Président du Sénégal, Monsieur Macky Sall, et son gouvernement néocolonial libéral en ne respectant pas sa propre constitution chemine vers la fascisation.

Éclaboussé tous les jours par des scandales de corruption, de détournements de deniers publics, de contrats léonins et surfacturés, de "paccoo" comme disent nos frères et sœurs Sénégalais, le pouvoir néocolonial sénégalais de vient de plus en plus liberticide et bafoue ses propres règles démocratiques pour museler les militants citoyens sentinelles des conquêtes démocratiques gagnées par les luttes populaires et démocratiques du peuple sénégalais.

L’éparpillement des kidnappés dans différents lieux de détention est un acte d’isolement pour démoraliser ces combattants des causes justes.

La grève de la faim en riposte à l’arbitraire dont ils sont victimes est un moyen d’interpellation de l’opinion publique nationale et internationale afin que cessent ces atteintes liberticides aux lois du pays par un Etat dont la soumission à l’impérialisme et la corruption ne cesse d’aggraver la misère des travailleurs et du peuple.

Le Collectif Afrique appelle les diasporas sénégalaise et africaine et les internationalistes à envoyer massivement leurs lettres de protestations à la Présidence du Sénégal, 6 Avenue du Pr. L. Sedar Senghor, Dakar, Sénégal, facebook : Macky SALL@prmackysall, twitter:Macky Sall (@Macky_Sall) | Twitter et mail du gouvernement : senegalcese@gmail.com.

LE PRÉSIDENT MACKY SALL DOIT CESSER DE JOUER AVEC LA VIE DE LA JEUNESSE DE SON PAYS : LIBEREZ L’AVENIR DE VOTRE PAYS ET RESPECTER VOTRE CONSTITUTION.

07/12/19

DÉCLARATION LIMINAIRE du Collectif citoyen Ñoo lànkk

Des mouvements sociaux et citoyens ont décidé de la mise en place du Collectif citoyen Noo lànkk ( NON à la hausse des prix de l’électricité ) suite à la hausse injustifiée des tarifs de l’électricité et de l’arrestation de 09 Citoyens sénégalais qui manifestaient contre cette hausse .

Considérant le caractère arbitraire de l’arrestation et de la détention de ces citoyens dévoués à la cause nationale, le Collectif citoyen Ñoo lànkk lance une vive alerte à la communauté nationale et internationale sur les graves dérives dictatoriales en cours au Sénégal.

L’État de droit n’est plus qu’une illusion dans le pays. Les libertés individuelles et collectives de nos concitoyens sont massacrées tous les jours par un régime qui use de la terreur et de la répression pour tenter d’étouffer les voix qui s’élèvent contre la gestion scandaleuse et calamiteuse du pays.

C’est dans ce contexte que la marche contre la hausse du prix de l’électricité organisée le vendredi 29 novembre 2019 par des mouvements citoyens et politiques a été réprimée de manière brutale par les forces de sécurité. Depuis lors, huit parmi les manifestants sont injustement et arbitrairement privés de liberté et éparpillés dans trois prisons à Dakar.
Il s’agit du Camp pénal : Ousmane Sarr ( Chambre 1), Fallou galass seck dit Leuz ( chambre 7 ), Guy Marius Sagna ( Haute Sécurité )
De reubeuss : Dr Babacar Diop ( chambre 1 interné depuis hier à l’infirmerie) ,Malick Biaye( chambre 13)
De la prison du cap manuel : Pape Abdoulaye Toure ( chambre 2),

Nous ne connaissons pas encore les lieux de détentions de Souleymane diockou et de Mamadou Diao diallo .

Voilà cinq jours qu’ils ont entamé une grève de la faim sous le regard impitoyable des autorités judiciaires. Leur santé se dégrade de jour en jour. Le Collectif citoyen NooLank tient le président Macky SALL pour responsable de tout ce qui arriverait à ces dignes patriotes dont la vie est aujourd’hui dangereusement menacée.
La liberté de manifestation est un droit inaliénable inscrit dans notre Constitution. Nous entendons jouir de ce droit sans aucune restriction. A vrai dire, rien ne justifie l’arrestation et la détention de ces citoyens sénégalais, si ce n’est une volonté d’acharnement sur des jeunes qui refusent, courageusement et avec dignité, de courber l’échine face à la situation préoccupante que traverse le pays.
Le Collectif citoyen Ñoo lànkk exige la libération immédiate et inconditionnelle de tous les citoyens sénégalais injustement et arbitrairement arrêtés au cours de la marche contre la hausse du prix de l’électricité. Chaque jour passé en prison par ces jeunes est un pas de plus vers la dictature.
Il n’appartient pas aux ménages déjà assaillis par des difficultés de toutes sortes ni aux entreprises soumises à une pression fiscale sauvage de payer les frais des choix économiques hasardeux et des dépenses de prestige du Chef de l’État .
En définitive, le Collectif citoyen NooLank réaffirme son engagement à poursuivre, avec toutes les forces vives de la Nation, la lutte jusqu’à l’annulation de la mesure de hausse des prix de l’électricité. Ainsi, une grande marche est prévue comme première activité le 13 Décembre 2019 .

Signataires :

- AAR LI NU BOKK
_FRAPP
_SNP
_FDS
_Nittu Deug des valeurs
_Amnesty Sénégal
_Y en A marre
Générations des forces citoyennes
_Forum social sénégalais
_FNJ/ J.U.R.E
_UDPTS
_Gilets rouges
_mouvement taxawu sa reew

Fait à Dakar, le 06 décembre 2019
Contacts : 773446460/774249208

Hausse des tarifs de l’électricité- arrestation des manifestants

Le mardi 26 novembre 2019, le Directeur général de la SENELEC , lors d’une conférence de presse a confirmé l’entrée en vigueur de la hausse du prix de l’électricité au Sénégal. Dans ses arguments, il a évoqué un manque à gagner de 12,191 milliards de FCA, enregistrés par ses services depuis le début du dernier trimestre 2019.

Une hausse située entre 6 et 10% ,et qui arrive, contre toute attente, au moment où l’opinion s’attendait plutôt à une baisse des tarifs, suite aux propos de l’ancien Directeur général, M Cissé, qui promettait , il y a de cela quelques mois, une baisse du coût de l’électricité en 2020.
Aussitôt faite, aussitôt dénoncée , cette décision dont les arguments justificatifs tardent à convaincre. Et personne ne peut nier que l’opinion publique en général a rejeté et condamné cette mesure qui viendra renforcer les difficiles conditions de vie des populations déjà fatiguées par le coût de la vie.

Si des progrès sont faits comme l’annonce les dirigeants de la boîte, avec un taux d’électrification passé de 58% en 2012, à 69% en ce moment ; et que dans les zones rurales il s’élève à 43% contre 27% en 2012 ; cela ne voudrait-il pas dire en terme comptable, que les abonnés ont presque doublé, alors avec ce nombre important d’abonnés, les prix pourraient connaître une baisse avec le grand nombre qui va s’accroitre aussi. Il s’y ajoute que la Direction de la SENELEC nous disait quelques semaines avant la campagne électorale que la boîte s’est stabilisée et pourrait même envisager à vendre du courant dans la sous région, et qu’une hausse des tarifs n’est pas envisageable, mais plus une baisse en 2020.

Alors, qu’est ce qui a changé entre temps ? Qu’est ce qui est à la base du manque à gagner de 12,191 milliards ?
Est -ce que les abonnés n’ont pas payés ? Est-ce un problème de mauvaise gestion ? Autant de questions qui méritent des réponses. En tous cas, si c’est un problème de gestion, ce sont les responsables de cette gestion qui doivent payer, et non les populations sénégalaises déjà essoufflées.

En effet, c’est dans ce cadre que beaucoup d’organisations ont condamné cette mesure inopportune, impopulaire et injuste. Des syndicats comme la CSA ont dénoncé et condamné cette décision ; des organisations de consommateurs en ont fait de même ; etc.

Dans la meme foulée, des mouvements comme Nitu DEUG des valeurs , SNP , FDS FRAPP, GILETS ROUGES, Forum social sénégalais, etc, ont initié une marche de contestation et informé l’autorité préfectorale, qui n’a répondu que tardivement, et en imposant un itinéraire.
Face à une telle attitude, les membres de ces organisations ont voulu manifester calmement. Ils ont été arrêtés devant le palais, et gardés à vue depuis le vendredi dernier.

Considérant, le droit à la manifestation, reconnu dans la Constitution, nous exigeons la libération immédiate et sans condition de nos camarades. Nous invitions les Organisations syndicales, celles des Consommateurs, les citoyennes et citoyens sénégalais à faire face à cette situation et à refuser cette mesure de hausse des tarifs, qui ne se justifie pas. Nous restons déterminés et engagés dans la lutte contre cette décision, et pour la libération immédiate de nos camarades. Nous invitons toute la population à la marche contre la hausse des prix de l’électricité prévue le 13 Decembre 2019 à Dakar.

Non à l’intimidation,

Tous pour la libération de :

Guy Marius Sagna
Dr Babacar Diop
Papis Djim
Leuz def tekk
Pape Abdoulaye Touré
Souleymane Djokou
Malick biaye
Diao Diallo
Ousmane Sarr

Fait à Dakar, le 02 décembre 2019