Vous êtes ici : Accueil » Afrique de l’Ouest » Sierra leone » Nouvelle rubrique N° 91 » Communiqué : Il faut défendre le patriote SONKO !

Communiqué : Il faut défendre le patriote SONKO !

Yoonu Askan Wi - Sénégal

D 23 mai 2016     H 19:33     A Yoonu Askan Wi ( Sénégal)     C 0 messages


YOONU ASKAN WI /Mouvement pour l’Autonomie Populaire
Permanence nationale : HLM Grand Yoff, villa n°218, Dakar
Tél 221 33 827 43 27 – B.P 26775 Dakar, SENEGAL

La Conférence Politique Nationale de Yoonu Askan Wi, réunie les 21 et 22 mai 2016 à Dakar, a adopté et décidé de rendre public le présent communiqué.

Notre compatriote Ousmane SONKO, Inspecteur des Impôts et Domaines et Président du parti PASTEF, a eu le courage de révéler à l’occasion de la séance des « SAMEDI DE L’ECONOMIE » organisée le 07 Mai dernier par l’association ARCADE en partenariat avec la Fondation Rosa Luxembourg, que "les députés sénégalais ne paient pas l’impôt" ou que, si sur leurs traitements sont opérés des prélèvements à la source, ceux-ci en tous les cas ne sont pas reversés au Trésor public ! Dans une contribution en date du 18 mai 2016, le citoyen Mody NIANG cite le député maire de Foundiougne, par ailleurs, Président de la Commission des Finances de l’Assemblée nationale, selon qui les députés « ne touchent pas un salaire mais des indemnités de représentation qui ne peuvent pas être frappées d’impôt, puisqu’étant des remboursements de frais » ! Pourquoi nos « honorables députés », « les représentants du peuple », devraient-ils être exemptés du paiement des impôts là où les salaires des travailleurs du public et du privé sont systématiquement ponctionnés et où le plus petit prestataire de service, à partir d’une rémunération de 25 000 F, est frappé d’une retenue de 5% au titre des BRS-VRS ?

Quelle mouche a donc piqué le député Moustapha DIAKHATE, Président du Groupe parlementaire de Bennoo Bokk Yaakaar, pour pourfendre le compatriote Ousmane SONKO et même menacer de faire interdire de politique certains hauts fonctionnaires sous prétexte d’un « devoir de réserve » ? Que fait-il alors du droit des citoyens à l’information, garanti par la Constitution de la République du Sénégal ? Qu’attendent le Président de l’Assemblée nationale et son questeur, qui gèrent les sous de cette institution, pour édifier l’opinion, chiffres et faits à l’appui ? Qu’attend le Ministère de l’Economie et des Finances pour éclairer une bonne fois les citoyens et citoyennes du Sénégal sur les émoluments et les impôts du Président de la République, des Ministres, du Président et des membres du Conseil Economique, Social et Environnemental ou autres institutions, des DG des Agences et autres hauts fonctionnaires ?

Vérité et transparence exigent, Monsieur SONKO et tous les patriotes de notre pays n’attendent que cela. Yoonu Askan Wi/ Mouvement pour l’Autonomie Populaire exprime son adhésion totale à la démarche initiée par le camarade Ousmane SONKO, Président de PASTEF, démarche patriotique et citoyenne en adéquation avec les exigences d’éthique, de responsabilité, de transparence, de reddition des comptes, en un mot de gouvernance démocratique et républicaine. Dans le même temps, Yoonu Askan Wi exhorte le Président de l’Assemblée nationale, son questeur, le Président de la Commission des Finances ainsi que le Président du Groupe parlementaire de Bennoo Bokk Yaakaar, à éclairer la lanterne des Sénégalais et Sénégalaises en lieu et place d’un silence assourdissant ou de menaces et autres fuites en avant.

Dakar le 22 mai 2016

La Conférence Politique Nationale de Yoonu Askan Wi

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  AFRIQUE AUSTRALE : La lutte contre le trafic d’êtres humains à la traîne derrière les engagements


5 articles au hasard

1.  Afrique du Sud : les permanences d’un Etat d’apartheid et la rupture

2.  Le CADTM dénonce l’imposture de l’aide internationale pour le Mali

3.  Mauritanie - L’UFP « parti d’intellectuels » : qu’est ce qui se cache derrière cette appellation ou ce qualificatif ?

4.  Les propriétaires terriens privés soulèvent l’indignation au Sénégal

5.  Le rapport BRAZZA : Crimes coloniaux et secrets d’État


Les plus populaires

1.  Texte liminaire de la Conférence de presse du mercredi 04 mai 2016 : Des fondements de la rupture d’avec les coalitions Bennoo Siggil Senegal et Bennoo Bokk Yaakaar à la formulation des nouvelles exigences et tâches, ou le temps de l’alternative populaire.

2.  Afrique du sud : The Lives of Women & Girls Are Not Respected

3.  Djibouti : Protection citoyenne pour Mohamed KADAMY

4.  Agenda des actions africaines en région parisienne d Avril 2015

5.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe