Vous êtes ici : Accueil » Afrique de l’Ouest » Sierra leone » Nouvelle rubrique N° 91 » Déclaration : "Retour" d’Israël au Sénégal et en Afrique : un danger pour la (...)

Déclaration : "Retour" d’Israël au Sénégal et en Afrique : un danger pour la paix internationale !

Collectif de solidarité SÉNÉGAL-PALESTINE

D 12 juin 2017     H 09:56     A Madièye MBODJ     C 0 messages


Dakar le 09 Juin 2017

Le Collectif de Solidarité Sénégal –Palestine, à travers une Déclaration datée du 27 Décembre 2016, a salué « la position du Sénégal défendue par le Président Macky Sall et son gouvernement », en portant aux côtés du Venezuela, de la Malaisie et de la Nouvelle Zélande, l’initiative de la Résolution n°2334 du Conseil de Sécurité des Nations Unies condamnant l’occupation israélienne des territoires palestiniens. Cette position courageuse avait aussitôt valu au Sénégal des mesures hypocrites de rétorsion et de chantage de la part d’Israël ! Voilà pourquoi aujourd’hui notre Collectif est particulièrement préoccupé, à la suite des mesures annoncées au terme de la rencontre, le 04 juin dernier, entre le Président Sall et le Premier ministre israélien Netanyahou, en marge du 51ème sommet de la CEDEAO, mesures favorisant le ’’retour‘’ d’Israël au Sénégal et en Afrique, par un réchauffement des relations diplomatiques et de coopération, jusqu’à même envisager un éventuel statut d’observateur au sein de l’Union Africaine en faveur de l’Etat sioniste d’occupation coloniale et d’apartheid, ce qui serait en parfaite contradiction avec les principes et la Charte de l’U.A ! De telles mesures, en effet, nous paraissent à la fois hâtives et inopportunes dans le contexte actuel marqué, entre autres, par :

- le refus public annoncé par le Premier ministre Netanyahou de se conformer aux dispositions de la Résolution 2334 sus citée et de faire barrage à toutes les initiatives internationales de paix, la dernière en date étant l’initiative française ;

- la grève de la faim héroïque menée durant près de deux mois par un millier de prisonniers politiques palestiniens au nom de la liberté et du respect de la dignité humaine ;
- le 50ème anniversaire de la guerre d’annexion dite ‘’guerre des six jours’’, déclenchée le 05 juin 1967 par Israël pour s’emparer des territoires de Jérusalem Est, de Cisjordanie, de la Bande de Gaza, du Golan syrien et du Sinaï égyptien ;

- la continuation et l’exacerbation sans fard de la politique israélienne de colonisation, à tel point qu’aujourd’hui, ce sont officiellement plus de 600 000 colons qui occupent la Cisjordanie et Jérusalem-Est, conformément à la vision colonialiste de la droite israélienne d’un « grand Israël » qui absorberait tous les territoires occupés ;
- la résistance de plus en plus ouvertement exprimée, de l’intérieur même d’Israël, par nombre de démocrates et de progressistes, contre les politiques de guerre et en faveur de la paix avec le peuple palestinien.

La communauté internationale, le Sénégal en particulier- qui dirige sans interruption depuis 1975 le Comité des Nations Unies pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien-, se doivent plus que jamais d’exercer une pression forte, soutenue et efficace sur le gouvernement israélien, afin de l’obliger à respecter le droit international, les Résolutions des Nations Unies en particulier. Telle est, selon nous, la voie pour encourager, soutenir et amplifier les facteurs de paix et dissuader les fauteurs de guerre. Sous cet éclairage, le funeste projet de Sommet Israël-Afrique, prévu en Octobre prochain au Togo, nous parait tout à fait dangereux et pernicieux en ce qu’il révèle les velléités colonialistes israéliennes d’exercer son influence sur l’Afrique, en vue d’affaiblir le soutien des institutions et des peuples africains à l’endroit de la juste cause palestinienne. C’est pourquoi, à l’instar des institutions islamiques internationales, le Collectif de Solidarité Sénégal-Palestine exhorte vivement notre pays et son gouvernement à refuser de cautionner un tel projet.

La coopération dans les domaines de l’agriculture, de la sécurité, des TIC ou du commerce, brandie pompeusement par Netanyahou et consort, « ne pourra jamais justifier à nos yeux une quelconque complaisance ou complicité vis-à-vis du régime israélien d’occupation et de terreur » (Déclaration du Collectif citée plus haut). La solution à deux Etats préconisée par les Nations Unies est la voie pour un règlement pacifique, juste et durable du conflit entre Israël et la Palestine. Elle postule l’établissement d’un Etat palestinien viable, libre, démocratique et indépendant, sur les frontières de 1967 garanties par l’ONU, avec Jérusalem-Est comme capitale !

Vive le Sénégal dans une Afrique souveraine, unie et solidaire ! Vive la Palestine libre et indépendante !

LE COLLECTIF DE SOLIDARITE SENEGAL-PALESTINE

CONTACT : MADIEYE MBODJ, COORDONNATEUR / TEL 776441830

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe


5 articles au hasard

1.  Maltraitance des travailleurs domestiques au Mali : 59% sont agressés verbalement et 38% le sont physiquement

2.  Zimbabwe : "Daily News" journalist arrested

3.  Vers des solutions internes à la crise en RDC

4.  Égypte : la CSI exhorte le Haut Conseil militaire à respecter les droits syndicaux

5.  Mali : Déclaration du Parti SADI suite à l’attaque perfide contre la radio Kayira


Les plus populaires

1.  1er MAI 2022 : DECLARATION DE YOONU ASKAN WI / MOUVEMENT POUR L’AUTONOMIE POPULAIRE ET DU FONT POUR UNE REVOLUTION ANTI-IMPERIALISTE, POPULAIRE ET PANAFRICAINE (FRAPP) S’UNIR POUR INTENSIFIER LA LUTTE CONTRE LA VIE CHERE, LE CHOMAGE, LE PIETINEMENT DE LA DIGNITE ET DES DROITS DES TRAVAILLEURS !

2.  Tchad : « Le clan Déby veut conserver le pouvoir, quel qu’en soit le prix pour le peuple »

3.  La politique africaine française sous influence militaire ?

4.  Bénin : Non a la privatisation des douanes

5.  Centrafrique : Joseph Kony toujours recherché après le coup d’État en RCA