Vous êtes ici : Accueil » Afrique de l’Ouest » Togo » Est-il devenu impossible de manifester au Togo ?

Est-il devenu impossible de manifester au Togo ?

D 30 avril 2019     H 05:16     A Maître Raphaël Kpandé-Adjaré     C 0 messages


Depuis les élections législatives du 20 décembre dernier, les manifestations sont régulièrement interdites. Dans le meilleur des cas, elles sont autorisées, mais sous contrainte. Dernières en date : les marches du Parti national panafricain (PNP) organisées le 13 avril dernier et qui se sont soldées par l’arrestation de 27 personnes dont 3 cadres du parti. Les organisations de la société civile togolaise et les partis d’opposition dénoncent une restriction au droit à manifester et fustigent ce qu’ils qualifient de « politique répressive du gouvernement. »

Les demandes de manifestation se succèdent. Et les réponses se ressemblent. Interdite, la marche contre la vie chère, prévue fin mars puis début avril par la Ligue des consommateurs du Togo. Retoquée, la demande de manifestation du mouvement Martin Luther King réclamant la démission de l’entraîneur des Éperviers.

« Les interdictions sont devenues systématiques », déplorent plusieurs partis d’opposition et organisations de la société civile. D’autant que « les dossiers sont déboutés pour des motifs fallacieux et arbitraires », estime un membre de l’organisation Togo Debout.

Quelques autorisations ont été accordées ces derniers mois, mais elles ont donné lieu à des rassemblements contraints par l’imposition d’itinéraires et par une forte présence militaire. Des militaires qui n’ont parfois pas hésité à faire usage de gaz lacrymogène. Alors que manifestants et organisateurs ont été arrêtés, comme ce fut le cas à l’issue des marches du Parti national panafricain, le 13 avril dernier.

« C’est clair, s’insurge un dirigeant de la Coalition d’opposition C14, le pouvoir veut étouffer tout germe de contestation. »

Au ministère de l’Administration territoriale, on balaye ces accusations. « Il ne s’agit ni d’interdiction délibérée ni de restriction, affirme le ministre Payadowa Boukpessi, mais d’une simple question de respect de la loi en vigueur. »

Je crois qu’aujourd’hui l’État utilise la justice togolaise et la prison pour asseoir sa politique répressive et restrictive des libertés des manifestations...

Maître Raphaël Kpandé-Adjaré, avocat au barreau de Lomé. Il est un des porte-parole du mouvement citoyen Togo Debout.

Source : http://www.rfi.fr/

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe


5 articles au hasard

1.  Maltraitance des travailleurs domestiques au Mali : 59% sont agressés verbalement et 38% le sont physiquement

2.  Zimbabwe : "Daily News" journalist arrested

3.  Vers des solutions internes à la crise en RDC

4.  Égypte : la CSI exhorte le Haut Conseil militaire à respecter les droits syndicaux

5.  Mali : Déclaration du Parti SADI suite à l’attaque perfide contre la radio Kayira


Les plus populaires

1.  1er MAI 2022 : DECLARATION DE YOONU ASKAN WI / MOUVEMENT POUR L’AUTONOMIE POPULAIRE ET DU FONT POUR UNE REVOLUTION ANTI-IMPERIALISTE, POPULAIRE ET PANAFRICAINE (FRAPP) S’UNIR POUR INTENSIFIER LA LUTTE CONTRE LA VIE CHERE, LE CHOMAGE, LE PIETINEMENT DE LA DIGNITE ET DES DROITS DES TRAVAILLEURS !

2.  Tchad : « Le clan Déby veut conserver le pouvoir, quel qu’en soit le prix pour le peuple »

3.  La politique africaine française sous influence militaire ?

4.  Bénin : Non a la privatisation des douanes

5.  Centrafrique : Joseph Kony toujours recherché après le coup d’État en RCA