Vous êtes ici : Accueil » Afrique de l’Ouest » Togo » Togo. Un mort par balle et plusieurs blessés lors d’une manifestation (...)

Togo. Un mort par balle et plusieurs blessés lors d’une manifestation dispersée par l’armée

D 2 mars 2017     H 12:20     A Amnesty International     C 0 messages


En réaction à la mort par balle d’un homme d’une trentaine d’années lors d’une manifestation réprimée à Lomé mardi 28 février par les forces de sécurité, dont l’armée, François Patuel, chercheur d’Amnesty International sur l’Afrique de l’Ouest francophone a déclaré :

« Il est inadmissible que l’armée soit encore déployée au Togo pour réprimer des manifestations. Les autorités doivent immédiatement diligenter une enquête indépendante et impartiale pour identifier les auteurs présumés de la mort par balle de cet homme, et les présenter devant un tribunal ordinaire afin qu’ils soient jugés au cours d’un procès équitable. »

« Le recours excessif à la force contre des manifestants pacifiques est inacceptable et les autorités doivent de toute urgence prendre des mesures pour contrôler l’usage de la force par les forces de sécurité et interdire l’intervention de militaires pour encadrer des manifestations. »

« Elles doivent aussi annoncer clairement et publiquement que le recours excessif à la force ne saurait être toléré et que le droit à la liberté de réunion pacifique sera protégé. »

Complément d’information

A la suite de l’augmentation des prix des produits pétroliers, une manifestation spontanée a eu lieu mercredi 28 février à Lomé, la capitale togolaise.

Des témoins oculaires ont déclaré que les forces de sécurité, dont l’armée, sont intervenues à coup de bâton, de cordelettes, de grenades lacrymogènes et de tirs à balles réelles pour disperser les manifestants.

Selon les informations obtenues par Amnesty International, les manifestations étaient pacifiques jusqu’à ce que les forces de sécurité aient recours à la force pour disperser la foule. Au moins un bus et une voiture auraient été brûlés dans le cadre de ces manifestations.

Le gouvernement a confirmé dans la soirée du 28 février, la mort d’une personne par balle. Selon des sources médicales, plusieurs personnes ont été blessées, dont au moins une par balle. Ce matin, des voitures de l’armée étaient encore visibles dans les rues de Lomé.

Au Togo, les forces de sécurité ont régulièrement recours à une force excessive face à des manifestants pacifiques. Le 25 février, aux moins deux personnes ont été blessées lors d’une manifestation pacifique organisée pour demander la réouverture de la station radio CityFM et la chaine télévisée La Chaine du Futurs.

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe


5 articles au hasard

1.  Pour un procès en révision des tirailleurs « sénégalais » rescapés du massacre de Thiaroye

2.  Madagascar : La grève partout, les ultimatums pleuvent

3.  MADAGASCAR : Pauvreté et malnutrition dans les plantations de sisal

4.  Communist Party of Swaziland condemns imprisonment of Zonke Dlamini, calls for isolation of Mswati regime

5.  Déclaration de Yoonu Askan Wi sur les sanctions impopulaires et illégales de la CEDEAO et de l’UEMOA contre le Mali


Les plus populaires

1.  1er MAI 2022 : DECLARATION DE YOONU ASKAN WI / MOUVEMENT POUR L’AUTONOMIE POPULAIRE ET DU FONT POUR UNE REVOLUTION ANTI-IMPERIALISTE, POPULAIRE ET PANAFRICAINE (FRAPP) S’UNIR POUR INTENSIFIER LA LUTTE CONTRE LA VIE CHERE, LE CHOMAGE, LE PIETINEMENT DE LA DIGNITE ET DES DROITS DES TRAVAILLEURS !

2.  Fin du Traité de coopération militaire Mali-France : Le Parti SADI salue la décision du gouvernement

3.  TRIBUNE : POUR LE RENOUVEAU DE LA GAUCHE SÉNÉGALAISE !

4.  Togo : L’ANC CONDAMNE L’ATTAQUE TERRORISTE DE KPEKPAKANDI

5.  Convoi de Barkhane bloqué au Niger : « On se demande s’il y a eu même vraiment une enquête »