Vous êtes ici : Accueil » Afrique du Nord » Algérie » Algérie : en défense d’Hocine Benamdour et Mohamed Sadek Akrour - Pour la (...)

Algérie : en défense d’Hocine Benamdour et Mohamed Sadek Akrour - Pour la libération de tous les détenus politiques et d’opinion !

Comité de soutien aux ex-élus PST de l’APC de Barbacha

D 31 juillet 2022     H 05:30     A     C 0 messages


Les camarades BENMADOUR Hocine et AKROUR Md Sadek, respectivement président et vice-président de l’APC de Baracha lors du dernier mandat, viennent d’être condamnés, par le tribunal de Béjaia, à une année de prison ferme sans mandat de dépôt et une amende de cent mille dinars dans l’affaire des élections locales du 27 novembre 2021.

Ils sont poursuivis par le wali de Bejaia pour outrage au représentant de l’ANIE et refus de mettre à la disposition de la commission électorale les moyens humains et matériels nécessaires à son fonctionnement. Deux chefs d’inculpation totalement infondés. Il n y a aucun fait matériel prouvant l’accusation.

Pour la première accusation, le représentant de l’ANIE qui a dressé le rapport a nié devant le juge d’instruction avoir était outragé. D’où le non-lieu prononcé à ce sujet. Concernant les moyens, la commission électorale a belle et bien eu, de l’APC, les moyens humains et matériels nécessaires à sa mission qui s’est d’ailleurs déroulé sans anicroches. Aucun empêchement, tel que suggéré par le jugement, n’a été enregistré.

Ces clarifications étant faites, il apparait clairement que l’acharnement judiciaire à l’encontre de ces militants est motivée par d’autres considérations. En réalité, ils sont poursuivis pour leur engagement en faveur du hirak populaire, pour avoir mis les moyens de l’APC en faveur des mobilisations et autres activités liées au hirak. Ils sont poursuivis pour avoir incarné la volonté de la population de Barbacha qui a totalement boycotté les élections. Ils sont sanctionnés pour leurs opinions ; pour avoir refusé de faire la promotion du processus électoral.

Non à l’assujettissement des représentants du peuple par l’administration !

Primauté des élus du peuple sur la bureaucratie d’Etat !

Halte à la répression !

Pour la libération de tous les détenus politiques et d’opinion !

Comité de soutien aux ex-élus PST de l’APC de Barbacha

Deux ex-élus PST condamnés à la prison ferme à Béjaïa

Le tribunal correctionnel de Béjaïa a eu la main lourde mercredi 6 juillet, en condamnant à « une année de prison ferme sans mandat de dépôt et une amende de 100 000 Da », deux ex-élus de l’APC de Barbacha, en l’occurrence son président Hocine Benamdour et son vice-président Mohamed Sadek Akrour.

L’affaire concerne les élections locales de novembre 2021. Les deux ex-élus ont été poursuivis pour « outrage à un représentant de l’ANIE » et « refus de mettre à la disposition de la commission électorales les moyens humains et matériels nécessaires à son fonctionnement », à la suite d’une plainte déposée par le wali de Béjaïa, rapporte le comité de soutien aux ex-élus PST de Barbacha.

Selon la même source, lors de son audition par le juge d’instruction, « le représentant de l’ANIE censé avoir été outragé, a démenti les faits reprochés aux deux concernés », ce qui a poussé le juge à rendre un non-lieu pour cette accusation.

Concernant la deuxième accusation, poursuit le Comité de soutien, « la commission électorale a belle et bien eu, de l’APC, les moyens humains et matériels nécessaires à sa mission qui s’est d’ailleurs déroulé sans anicroches ». « Aucun empêchement, tel que suggéré par le jugement, n’a été enregistré », poursuit-on. Mais ils ont quand-même été condamnés. Ce qui s’apparente, estime le comité, à de « l’acharnement judiciaire à l’encontre de ces militants est motivée par d’autres considérations ».

« En réalité, ils sont poursuivis pour leur engagement en faveur du hirak populaire, pour avoir mis les moyens de l’APC en faveur des mobilisations et autres activités liées au hirak. Ils sont poursuivis pour avoir incarné la volonté de la population de Barbacha qui a totalement boycotté les élections », indique-t-on.

Mohamed LALALI

Source : https://www.lavantgarde-algerie.com:5443/

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe


5 articles au hasard

1.  « Les borborygmes des patois africains »

2.  LES FEMMES D’AFRIQUE CENTRALE ET L’INSECURITE HUMAINE

3.  Sud Soudan : Dégradation consternante de la liberté de la presse au Sud, problèmes récurrents au Nord

4.  Les propriétaires terriens privés soulèvent l’indignation au Sénégal

5.  Front pour une Révolution Anti-impérialiste Populaire et Panafricaine(FRAPP)


Les plus populaires

1.  1er MAI 2022 : DECLARATION DE YOONU ASKAN WI / MOUVEMENT POUR L’AUTONOMIE POPULAIRE ET DU FONT POUR UNE REVOLUTION ANTI-IMPERIALISTE, POPULAIRE ET PANAFRICAINE (FRAPP) S’UNIR POUR INTENSIFIER LA LUTTE CONTRE LA VIE CHERE, LE CHOMAGE, LE PIETINEMENT DE LA DIGNITE ET DES DROITS DES TRAVAILLEURS !

2.  Gabon : Lettre Ouverte aux illustres invités au New York Forum Africa

3.  La politique africaine française sous influence militaire ?

4.  SÉNÉGAL :La Démocratie et l’Etat de droit menacés avec le Président Macky Sall

5.  Sénégal : Les inondations révèlent les éléphants blancs de MACKY/APR/BBY