Vous êtes ici : Accueil » Afrique du Nord » Egypte » Égypte 2020 : un voyage vers l’abîme

Égypte 2020 : un voyage vers l’abîme

Par ROAPE

D 17 décembre 2020     H 14:06     A ROAPE     C 0 messages


Les élections législatives de 2020 en Égypte ont eu lieu les 24 et 25 octobre et les 7 et 8 novembre pour élire la Chambre des représentants. Pendant des semaines, même dans le plus petit village, les rues et les places étaient à nouveau tapissées des portraits souriants et photographiés des mêmes personnes, avec les mêmes slogans, comme si rien n’avait changé dans ce pays depuis le soulèvement d’il y a près d’une décennie.

Les élections législatives de 2020 en Égypte ont eu lieu les 24 et 25 octobre et les 7 et 8 novembre pour élire la Chambre des représentants. Pendant des semaines, même dans le plus petit village, les rues et les places étaient à nouveau tapissées des portraits souriants et photographiés des mêmes personnes, avec les mêmes slogans, comme si rien n’avait changé dans ce pays depuis le soulèvement d’il y a près d’une décennie.
En résumé

- L’économie est au bord de l’effondrement, de l’insolvabilité, de l’incapacité de rembourser les dettes, sans parler de leur remboursement.

- Il n’y a aucune stratégie pour faire face à la pénurie d’eau attendue après l’échec complet des négociations sur la construction du « barrage de la Renaissance » en Ethiopie.

- À l’exception de la propagande et de la manipulation des données, il n’y a pas de stratégie pour contrer la crise croissante de Corona. Au contraire, alors que tous les pays touchés par Corona tentent d’alléger le fardeau économique de la crise sur les couches les plus basses de la société par des subventions et des injections financières, le gouvernement égyptien augmente les prix de tous les articles qui affectent douloureusement les faibles. , du pain, de l’électricité, du carburant, des transports en commun, un flot de nouvelles taxes et des hausses de prix sur tous les services gouvernementaux, ne parlons même pas d’éducation et de santé. Même avant Corona, ceux-ci étaient devenus un privilège des riches.

- L’éducation est la base de tout développement. Le montant estimé nécessaire pour résoudre le problème de la surpopulation des classes est de 150 milliards EGP. Que signifie ce montant en termes de dépenses publiques dans d’autres domaines ?

Le Premier ministre Madbouly a annoncé que des projets étatiques ont été mis en œuvre pour un coût de plus de 4 mille milliards de livres sur six ans, ce qui signifie que le montant nécessaire au développement de l’éducation ne représente que 0,004% de ces dépenses. Le problème n’est donc pas le manque de ressources, mais une mauvaise utilisation et un gaspillage de ressources. Cela est dû à la politique économique et sociale en faveur d’une certaine classe.

- Selon la Banque centrale, la dette extérieure de l’Égypte a augmenté de près de 12,2% au cours des trois derniers mois de l’exercice 2019/2020 et s’élevait à 123,49 milliards USD à la fin juin, contre 111,29 milliards USD en mars, soit une augmentation de 12,2 milliards de dollars.

- En raison des politiques économiques imposées à l’Égypte par le Fonds monétaire international et la Banque mondiale, le taux de pauvreté est passé de 25,2% en 2010/2011 à 26,3% en 2012/2013 et 27,8% en 2015, puis a bondi à 32,5% en 2017 / 2018, ce qui signifie que 32,5 millions d’Égyptiens sont pauvres selon le « seuil de pauvreté national » (736 EGP par mois et par personne, environ 45 USD). Le seuil de pauvreté national est d’environ 60% de la limite définie par l’ONU ( seuil de pauvreté).

- Le seuil de pauvreté sévère est également passé de 4,8% en 2010/2011 à 4,4% en 2012/2013, puis est passé à 5,3% en 2015 et atteint 6,2% en 2017/2018, ce qui signifie que 6,2 millions d’Égyptiens - selon le seuil de pauvreté de 491 EGP (environ 25 USD) par mois et par personne - sont extrêmement pauvres et incapables de répondre à leurs besoins de base.

- Selon la Banque mondiale, le pourcentage de pauvres dans le monde, calculé sur la base du seuil de pauvreté extrême de 1,9 USD par personne et par jour, est passé de 36% en 1990 à 10% en 2015. En revanche, il n’a cessé d’augmenter en Égypte, de sorte que le taux de pauvreté officiel signalé en Égypte est actuellement plus de trois fois le taux de pauvreté mondial.

- À plusieurs reprises, l’Initiative égyptienne pour les droits de la personne (EIPR) a appelé le gouvernement égyptien à limiter le recours excessif à la peine de mort et à adhérer à la proposition de la mission égyptienne lors de la 36e session du Conseil des droits de l’homme de suspendre le décès. sanction - bien que temporairement - jusqu’à un débat social plus large sur son abolition. Cependant, la réalité de la peine de mort en Égypte ne cesse de s’aggraver. Le nombre de personnes condamnées à mort en octobre 2020 (53 personnes) dépasse la somme de toutes les exécutions au cours des trois dernières années.

- Dans une escalade contre l’EIPR, le parquet a ordonné l’emprisonnement de son chef. Mohamed Bashseer a été arrêté par les forces de sécurité le 15 novembre après minuit à son domicile et détenu. Il y a eu par la suite l’arrestation et la libération de deux autres travailleurs de l’EIPR et il y a eu l’incarcération continue de plus de 10 mois de Patrick Zaky. Ces détentions sont un nouveau maillon dans une série de mesures d’intimidation ciblées contre des militants des droits humains. Cela n’est pas séparé du climat autoritaire et oppressif général qui affecte tous les droits et libertés garantis par la Constitution et au niveau international. Les allégations sont fondées sur des termes généraux et trompeurs consacrés par la loi égyptienne.

La Constitution de 2014

En janvier 2014, la nouvelle constitution a été adoptée à une large majorité (98,1%) des électeurs (38,6%). Et bien que j’aie quelques critiques sur certains articles de cette constitution (trop d’espace pour le clergé et les militaires), il faut admettre objectivement que c’était la meilleure constitution que l’Égypte ait jamais eue. Il reflétait l’équilibre des pouvoirs en 2014 entre révolution et contre-révolution.

Malheureusement, cet équilibre des pouvoirs en faveur des forces démocratiques de l’époque n’a pas duré. Immédiatement après l’élection présidentielle, que Sissi a remportée sans pratiquement aucun concurrent réel, les dirigeants militaires ont commencé à démanteler la constitution. Après un déferlement révolutionnaire, qui a débuté avec le soulèvement du 25 janvier 2011, la construction d’une dictature passe d’abord par le mépris total de la constitution. En particulier, les articles garantissant les libertés n’ont pas été respectés.

Bien que rien ne puisse rester caché à l’ère numérique, une image « démocratique » est nécessaire pour le monde extérieur. À cette fin, les électeurs égyptiens ont été chassés deux fois aux urnes avec le fouet, tous les numéros ont été truqués et tous les médias « publics » et privés ont été mobilisés pour un spectacle. En mars 2018 pour la réélection de Sissi, et en avril 2019 pour le référendum sur les amendements constitutionnels.

La première réélection a montré la décision politique de la direction de l’État d’arrêter tout débat politique, c’est-à-dire de mener des campagnes électorales sans débat sur aucune question, sans discussion dans toute la société, bien que de nombreuses questions aient poussé la société à ses limites. Cela n’est possible qu’en empêchant une véritable campagne électorale. Et c’est ainsi que cela a été fait.

Les cinq courageux candidats ont été éliminés immédiatement après la déclaration de leur candidature - entre arrestation et menace. Ensuite, un candidat sur mesure a été retiré de la manche qui avait fait campagne pour Sissi dans sa propre campagne électorale. Avec un taux de participation de 41,16%, Sissi a gagné avec 97,08% et a remercié le peuple.

La deuxième farce était le référendum pour des changements constitutionnels. Avec un taux de participation de 44,33%, les Egyptiens - prétendument - ont annulé les réalisations les plus importantes de leur constitution de cinq ans auparavant. Soudain, le président est non seulement autorisé à rester en fonction pendant deux périodes législatives, mais jusqu’en 2030, le président nomme les conseils d’administration de tous les tribunaux et le procureur général, élargissement considérable des pouvoirs de l’armée dans la direction de l’État, l’économie et l’armée justice, y compris l’immunité totalement infondée, et bien plus encore.

Cela s’est produit dans le scénario suivant :

Sissi a commencé à critiquer la constitution dans des déclarations étranges qui contredisaient complètement ses déclarations antérieures dans lesquelles il faisait l’éloge de la constitution.
Les jeunes de la révolution à cette époque ainsi que des personnalités publiques ont été soudainement arrêtés pour terrorisme et maltraités dans les prisons. Ces personnes n’avaient absolument rien à voir avec le terrorisme, mais le régime a décidé de les punir pour leur courage d’exprimer leurs opinions. Le régime a poursuivi deux objectifs : premièrement, lancer une frappe préventive contre eux afin qu’ils ne s’opposent à aucune manipulation de la constitution, et deuxièmement, en faire un exemple à ceux qui osent s’opposer à la volonté de Sissi de changer la constitution.
Puisque les services secrets contrôlent complètement les médias, seuls les hypocrites et les charlatans pouvaient être vus sur les chaînes de télévision. Ils ont directement exigé l’amendement de la constitution, d’autres ont supplié le président Sissi de rester en fonction pour de nouvelles périodes jusqu’à ce qu’il acheva ses succès (!), Tandis que le président lui-même a annoncé que la constitution n’est pas un livre saint et qu’il est tout à fait naturel qu’elle être complètement complétée ou modifiée.
Les élections 2020

Pour la première fois, des élections se déroulent en vertu d’une nouvelle loi électorale adoptée après les amendements constitutionnels de 2019. Le parlement égyptien se compose de 568 membres, dont 284 sont élus directement et 284 sur des listes à scrutin fermé. Le système de listes électorales fermées signifie que si 4 à 5 listes se disputent dans une circonscription, la liste avec la majorité remporte tous les sièges, quel que soit le nombre de votes reçus par les autres listes (c’est-à-dire que le gagnant remporte tout). Le président de la République a le droit de nommer jusqu’à 5% des députés.

Les élections législatives, qui ont commencé leur première phase le 24 octobre et ont duré jusqu’à la mi-novembre 2020, ont coïncidé avec le déclenchement de la pandémie Corona et la stagnation de l’économie nationale. A cette occasion, cependant, la trésorerie du fonds « Long Live Egypt » mis en place par Sissi sera relancée et complétée avec environ 10 milliards EGP (environ 640 millions USD). Ce sont les « dons » imposés aux candidats, qui reçoivent le soutien de l’appareil d’État, qui garantit leur siège au Parlement et leur accorde l’immunité et de nombreux autres privilèges qui en découlent.

En fait, le premier jour des élections, le gouvernement a semblé ordonner, voire forcer, les employés et fonctionnaires de l’appareil administratif à voter pour augmenter le pourcentage d’électeurs. L ’« Agence de sécurité nationale » - anciennement la Sûreté de l’État (SS) - a chargé ses réseaux de familles élargies, de maires et de chefs de village de mobiliser les électeurs.

Le parti extrêmement conservateur « L’avenir de la nation », fidèle au régime, détenait la part du lion des sièges au parlement. Il a pris les devants pour accepter les candidats directs aux élections et lister les candidats dans toutes les circonscriptions de la République. Il a appelé tous les candidats souhaitant bénéficier de son soutien à « faire un don » de contributions comprises entre 5 et 25 millions EGP, en fonction de leurs chances de succès. Dans la lutte concurrentielle, beaucoup ont surenchéri de loin ou ont dû surenchérir ce montant.

Le seul critère d’inclusion dans le cercle des bénéficiaires étant le montant des contributions financières, cela s’est traduit par une écrasante majorité de députés issus des riches et des super-riches, au détriment des leaders naturels et des personnalités publiques.

L’argent politique

Dans presque toutes les circonscriptions, l’argent politique ou l’achat de voix aux pauvres ont joué un rôle décisif. Cela s’est déroulé sous les yeux, voire avec la participation, de toutes les autorités compétentes. Au cours de la deuxième phase des élections législatives, le prix d’un vote dans certains districts du Caire a atteint 500 EGP (environ 31 $ US), et la tendance augmentait vers la fin du vote.

Dans ces deuxièmes élections législatives depuis la chute du défunt président Morsi, selon les observations de la presse et des partis, ainsi que sur les vidéos des médias sociaux et aussi de notre propre observation, il est confirmé que « l’argent politique » a dominé ces élections.

La première forme : Distribution d’argent à chaque électeur qui vote pour des candidats sur la « Liste patriotique », qui comprend 12 partis dirigés par le parti « L’avenir de la nation », affilié au gouvernement. Il s’agit de sommes de 50 à 200 livres (3,2 à 8,8 USD) provenant de personnes qui se disent représentants d’un candidat.

La deuxième forme de cet argent politique est allée à la distribution de boîtes de nourriture comme le riz, le sucre, l’huile et le thé, sur lesquelles est écrit « The Future of the Nation Party ». Cela s’est répété lors des élections législatives de 2015 et des récentes élections sénatoriales, ainsi que lors des élections présidentielles et des votes sur les amendements constitutionnels.

The Economist a publié un rapport le 22 octobre sous le titre « Une autre fausse élection met en lumière les problèmes de l’Égypte » . Il a déclaré que « même selon les normes de l’Égypte, où les votes sont régulièrement achetés et les candidats de l’opposition emprisonnés, ce concours semble particulièrement antidémocratique ». Le régime a éliminé la plupart de ses détracteurs, les candidats se disputant uniquement pour voir qui soutient le plus le régime, tandis que les riches hommes d’affaires injectent de l’argent dans les partis soutenus par l’État.

The Economist a ajouté que `` certains sièges sur les listes électorales ont été vendus pour des millions de livres égyptiennes (des dizaines de milliers de dollars), à tel point que même l’un des journaux pro-étatiques a ridiculisé ce paiement dans une caricature représentant un député portant sa propre présidence au parlement parce que les sièges y étaient trop chers pour lui.

Si la candidature concerne uniquement les plus riches, le vote uniquement des plus pauvres, payé par des dons ou des pots-de-vin, et que la classe moyenne est absente ou de plus en plus réduite, un parlement, avec ses deux chambres, émergera, comme expression du déséquilibre dans la politique gouvernementale, ce qui élargira et creusera considérablement le fossé entre les riches et les pauvres. En corrompant un système juridique plus juste prévu à l’origine par la nouvelle constitution, les nouveaux dirigeants ont créé une situation désespérée, socialement, politiquement, économiquement et juridiquement. L’Égypte se tient à l’abîme.

Pourquoi l’Occident soutient-il le régime de Sissi ?

Le régime égyptien poursuit une stratégie économique qui conduit inévitablement à une collision entre les demandes nationales urgentes de démocratisation et les intérêts internationaux. En d’autres termes, le régime de Sissi poursuit une politique inébranlable ancrée dans le système financier mondial afin de combiner sa stabilité avec les intérêts économiques des organisations internationales, des pays occidentaux et des grandes entreprises.

Bien que le régime se présente internationalement comme un rempart contre le terrorisme et les flux d’immigration illégale, cette interprétation occulte souvent sa stratégie économique. C’est une politique basée sur un endettement lourd, qui implique les acteurs internationaux dans la répression pratiquée par le régime et conduit à un approfondissement de la polarisation pauvres-riches et, par conséquent, à la déstabilisation et à l’extrémisme violent.

En raison de son fort soutien au système financier mondial, le régime égyptien trouve une protection à bien des égards, mais se trouve également dans un état de dépendance extrême :

Premièrement, une dépendance croissante à l’égard des prêts extérieurs pour financer les opérations gouvernementales et les grands projets d’infrastructure. Cela comprend une augmentation des obligations d’État à long et à court terme et de « l’ argent chaud ». Deuxièmement, une augmentation considérable des transactions d’armes depuis 2014, faisant du régime le troisième plus grand importateur d’armes au monde entre 2015 et 2019. Enfin, le niveau élevé des investissements directs étrangers dans le secteur pétrolier et gazier égyptien a lié les investissements occidentaux à long terme à la stabilité du régime.

Ces facteurs sont directement responsables de la répression de la population par l’Égypte et constituent des obstacles à la démocratisation. En fin de compte, cette stratégie économique exacerbe les défis à long terme avec des effets profondément déstabilisants. Si les flux de capitaux internationaux sont utilisés pour financer le contrôle militaire de l’économie égyptienne, les appareils de sécurité peuvent acquérir un plus grand contrôle de l’État, ce qui dans la terminologie politique signifie dictature.

L’Égypte dépend fortement de la dette pour créer des formes de dépendance financière entre le régime et les parties internationales. Le régime a emprunté d’énormes sommes. Cette forte hausse de la dette s’est accompagnée d’une augmentation accélérée des avoirs étrangers en obligations d’État égyptiennes à court terme, qui sont passées de 60 millions de dollars américains à la mi-2016 à 20 milliards de dollars américains en octobre 2019 . Le régime a été en mesure d’attirer ces capitaux à court terme grâce à des offres de taux d’intérêt qui sont les plus élevées de tous les marchés financiers du monde parmi les autres marchés émergents. Le rendement de ces fonds, financés par des emprunts internationaux auprès du gouvernement égyptien, a atteint environ 13% en juillet 2020 . L’Égypte mérite donc le titre de « favori des marchés émergents », comme en témoigne la demande des investisseurs pour une émission d’Eurobond de 5 milliards de dollars américains . Ceci est considéré comme la plus importante dépense publique de l’histoire égyptienne.

Les emprunts massifs ont de graves conséquences pour l’Égypte et la communauté internationale. D’une part, dans le système financier mondial, il y a un besoin urgent de survie du système égyptien, car le remboursement de sa dette internationale élevée en dépend. Par conséquent, le régime est dans une certaine mesure à l’abri des pressions internationales pour réduire sa répression, car les turbulences en Égypte auraient un impact direct sur les recettes publiques, augmentant la probabilité de sa défaillance.

En d’autres termes, les créanciers internationaux portent ainsi indirectement la responsabilité de l’utilisation des fonds publics pour enrichir l’élite militaire par le biais de mégaprojets d’infrastructure . Ces projets sont financés à la fois directement et indirectement par des acteurs financiers internationaux (y compris des alliés régionaux tels que les États du Golfe et des organisations internationales telles que le FMI).

L’Égypte est économiquement secouée, n’est menacée militairement par aucun pays et possède l’une des plus grandes armées du monde. Pour des raisons militaro-stratégiques, il n’est donc absolument pas nécessaire de développer davantage son influence militaire. Néanmoins, le régime poursuit une politique en sens inverse. Les dépenses du régime pour d’énormes achats d’armes à partir de 2014 jouent un rôle clé dans la consolidation de son réseau de sécurité international. Le volume des importations d’armes a triplé entre 2014 et 2018 par rapport à la période 2009-2013, soit une augmentation de 206%. Rien n’indique que cette vague d’achats d’armes se soit calmée, le régime ayant eu des pourparlers avec l’Italie en juin 2020 pour conclure un important contrat d’achat d’armes d’une valeur de 9,8 milliards de dollars américains . L’industrie de l’armement occidentale est le principale source d’armes que reçoit l’Egypte. En tête de liste se trouvent la France, l’Allemagne, la Russie et les États-Unis. La France a couvert à elle seule 35% des besoins en armements du régime entre 2015 et 2019.

Les ventes d’armes comprennent non seulement des armes classiques, mais aussi l’achat d’équipements de surveillance et de dispositifs de contrôle des foules qui sont utilisés pour réprimer directement les manifestations . Il est difficile de vérifier les sources de financement de ces opérations, car elles ne sont pas incluses dans les chiffres officiels du budget de la défense. Cependant, il existe des preuves de l’utilisation de prêts extérieurs, en partie à cette fin.

En 2015, par exemple, une transaction d’armement de 5,2 milliards d’euros, qui comprenait 24 avions de combat Rafale, a été en partie financée par un prêt de 3,2 milliards d’euros du gouvernement français. Cela signifie que les contribuables français ont prêté 3,2 milliards d’euros au régime égyptien , que les pauvres d’Egypte rembourseront, intérêts compris, c’est-à-dire que des fonds publics égyptiens ont été dépensés pour financer les bénéfices de l’industrie française de l’armement.

Les accords sur les armes ont fait du régime l’un des principaux clients des fabricants d’armes occidentaux, liant effectivement la survie ou la protection du régime aux intérêts de l’industrie de l’armement occidentale.

En résumé, la transformation du régime en un important importateur d’armes a deux conséquences principales : l’oppression du peuple égyptien par son régime et la futilité des efforts humanitaires internationaux pour démocratiser l’Égypte.

Premièrement, l’enchevêtrement et la responsabilité des pays occidentaux et de leur industrie de l’armement, en tant que principal fournisseur de surveillance et de contrôle de masse, dans la répression des manifestations populaires. Deuxièmement, le potentiel des pays occidentaux à condamner et à combattre les violations des droits de l’homme est ainsi automatiquement évité.

Il y a un exemple très triste et éclairant de cela, parmi d’innombrables autres : l’Italie a continué à fournir des armes au régime égyptien, même après que des soupçons se soient levés en décembre 2018 selon lesquels cinq membres des forces de sécurité égyptiennes auraient été impliqués dans la torture et la mort de l’Italien. étudiant Giulio Regeni en 2016. Ce soupçon bien fondé a été étayé par une demande officielle du parquet italien. Néanmoins, les ventes d’armes italiennes à l’Égypte ont triplé en 2019 et les accords d’armement prévus entre l’Italie et l’Égypte pour 2020 s’élèvent à 11 milliards d’euros .

L’augmentation des investissements directs étrangers dans le secteur pétrolier et gazier égyptien est un autre facteur de tolérance internationale aux conditions non démocratiques en Égypte. Le régime égyptien est actuellement la première cible des investissements directs étrangers en Afrique. La valeur de ces investissements a atteint 9 milliards de dollars américains en 2019 . La plupart des investissements sont dans le secteur pétrolier et gazier, qui a reçu un coup de pouce majeur suite à la découverte du champ gazier de Zohr en 2015, le plus important d’Égypte et de la région méditerranéenne.

Le champ Zohr est détenu conjointement par l’entreprise publique italienne Eni, BP (Royaume-Uni) et Russneft (Russie). La part d’Eni est de 50%. Les investissements totaux d’Eni dans ce secteur entre 2015 et 2018 se sont élevés à 13 milliards de dollars américains. Ces investissements étrangers en augmentation constante dans le secteur pétrolier et gazier reflètent une politique délibérée du régime. Le 31 août, le président Sisi a annoncé son soutien à l’expansion des investissements d’Eni. Au vu de ces investissements, les sociétés énergétiques internationales ont un plus grand intérêt à la survie du régime égyptien, de sorte que les investissements de plusieurs milliards sont liés à la continuité du régime.

Du fait de cette politique calculée, le régime devient le principal bénéficiaire du transfert de richesse vers l’élite militaire. Les classes moyennes et inférieures, les citoyens normaux de cet État, sont laissés pour compte et ne bénéficient pas des énormes flux financiers. L’élite militaire accumule des bénéfices grâce aux intérêts sur les prêts, aux ventes d’armes, à la corruption dans les mégaprojets d’infrastructure - souvent inutiles et inutiles - et aux revenus pétroliers et gaziers, tandis que la dette nationale est financée par le contribuable égyptien.

Il est donc clair que les demandes humanitaires internationales de démocratisation se heurtent aux intérêts financiers internationaux, qui à leur tour assurent la survie du régime d’injustice égyptien grâce à leur soutien abondant .

Une version de ce billet de blog a été initialement publiée sur le site Web de Tlaxcala (le réseau international de traducteurs pour la diversité linguistique) et peut être trouvée ici .


Voir en ligne : ROAPE