Vous êtes ici : Accueil » Afrique du Nord » Mauritanie » Mauritanie : La SOBOMA s’adonne-t-elle aux licenciements illégaux (...)

Mauritanie : La SOBOMA s’adonne-t-elle aux licenciements illégaux ?

D 27 août 2010     H 05:58     A عاليتا     C 0 messages


Visiblement, la fin de l’exploitation abusive des pauvres travailleurs par les grandes entreprises n’est pas pour bientôt.

Cette fois, c’est la société SOBOMA qui s’illustre dans la violation des droits de travailleurs. En effet, elle vient de décider tout simplement de se débarrasser de façon illégale de deux travailleurs devenus à ses yeux encombrants puisqu’ils demandent uniquement l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail.

D’ailleurs, ces travailleurs ont porté l’affaire devant l’Inspection Régionale du travail pour réclamer le paiement de certains de leurs droits liés à l’exécution de leur contrat de travail. Un fait qui a provoqué l’ire de l’administration de la société qui les a menacés de licenciements. Ces travailleurs, recrutés par la SOBOMA, sont placés sous la tutelle de la COMACOR qui les sous-traite comme manœuvres pour la SOBOMA.

Après avoir été licenciés verbalement par leur employeur, ils sont allés auprès de la COMACOR qui a refusé de les reconnaître arguant qu’elle ne recrute que des gardiens et non des manœuvres, alors que c’est elle qui perçoit leurs salaires mensuels dont une partie lui revient.

Ce qui démontre que cette forme de sous-traitance est tout simplement anormale, car elle viole les dispositions des articles 140 à 150 du code du travail et négociée dans la plus grande opacité. Il faut préciser qu’actuellement, certaines entreprises sont de plus en plus nombreuses à recourir à cette pratique et la proportion de travailleurs insatisfaits de ce genre d’emploi et de ces conditions de travail est très élevée.

C’est un type de contrat négocié dans une grande opacité et qui implique une grande insécurité d’emploi, car la situation des travailleurs sous ce type de contrat est très précaire et le rapport de forces est beaucoup plus favorable aux employeurs.

Le plus souvent les travailleurs sont contraints de se soumettre aux exigences de ces derniers sous la menace de voir leurs contrats rompus ou non renouvelés. Outre des salaires très bas, ces travailleurs sont également privés des primes et avantages. Sans compter les heures supplémentaires qu’ils cumulent et qui ne sont jamais remboursées.

De telles violations des droits des travailleurs sont tout simplement inacceptables et doivent être condamnées.

Il faut nécessairement assurer un bon environnement de travail ainsi que de bonnes conditions de santé et de sécurité à ces travailleurs, en clarifiant les contours de la responsabilité entre l’entreprise qui sous-traite et l’entreprise utilisatrice.

C’est dans le but de recouvrer l’ensemble de leurs droits que ces travailleurs ont saisi le Syndicat National des Travailleurs des Services affilié à la Confédération Nationale des Travailleurs de Mauritanie qui a décidé de mettre en œuvre tous les moyens légaux pour les soutenir dans leur lutte pour obtenir justice.

Source CGTM