Vous êtes ici : Accueil » Afrique du Nord » République Sahraouie » Sous la pression, l’Institut du monde arabe déprogramme une chanteuse (...)

Sous la pression, l’Institut du monde arabe déprogramme une chanteuse sahraouie

D 7 mars 2019     H 05:45     A RFI     C 0 messages


Selon nos informations, l’Institut du monde arabe, à Paris, a déprogrammé le concert de la chanteuse sahraouie Aziza Brahim après que le Maroc a fait pression pour empêcher l’artiste de se produire.
Selon une source bien informée, tout est parti d’un article paru le 29 janvier dernier sur un site marocain réputé proche du palais, le 360. Il s’émouvait de la programmation à l’Institut du monde arabe (IMA) d’Aziza Brahim, la qualifiant d’activiste du Front Polisario.

Dans la foulée, l’ambassade du Maroc à Paris appelle l’Institut pour demander des explications. L’IMA se justifie en expliquant que la chanteuse a toute sa place dans le cadre du festival Les Arabofolies, qui a pour thématiques les femmes et les résistances. Des explications qui ne convainquent pas les diplomates marocains en poste à Paris.

Ces derniers font alors pression sur les mécènes marocains qui financent régulièrement les projets de l’Institut, et qui finissent par menacer l’IMA de se désengager si le concert prévu initialement le 10 mars était maintenu.

Son président, Jack Lang, tente bien d’intervenir, en expliquant que la chanteuse n’est nullement une activiste du Polisario mais seulement une artiste qui chante l’histoire de son peuple. Rien n’y fait : le président de l’institution cède finalement sous la pression. Résultat, le 7 février, l’Institut annonce que « pour une raison indépendante de la volonté de l’artiste », le concert est annulé.

Aziza Brahim se dit surprise et attristée par cette annulation

La chanteuse a tout de même trouvé un autre point de chute : elle se produira le 26 avril dans une autre salle parisienne, le Pan Piper.

Ni l’Institut du monde arabe ni l’ambassade du Maroc n’ont souhaité répondre à nos demandes d’interview.

En novembre dernier, un livre de photographies d’archives sur le conflit du Sahara occidental avait été retiré du Centre Pompidou sous la pression des autorités marocaines.

Source : http://www.rfi.fr/afrique/

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  AFRIQUE AUSTRALE : La lutte contre le trafic d’êtres humains à la traîne derrière les engagements


5 articles au hasard

1.  Drames humanitaires à Djibouti : POURQUOI LE SILENCE ?

2.  SENEGAL : Le naufrage du JOOLA, dix ans après, la lutte pour la justice continue !

3.  Situation sociopolitique au Mali : le parti SADI dresse le bilan de l’année

4.  Conférence de presse des deux auteurs le mercredi 4 avril à 11h, à la librairie Lady Long Solo, 38 rue Keller, Paris XIe, métro Bastille

5.  RDC : débat sur le parrainage des militants de la société civile


Les plus populaires

1.  Élections législatives du 22 février 2013 à Djibouti : dictature, fraudes et répression à l’ombre des bases militaires, quel changement dans la politique française et européenne ?

2.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe

3.  Djibouti : Protection citoyenne pour Mohamed KADAMY

4.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

5.  Génocide rwandais : les Éditions françaises Larousse visées par une polémique Le dictionnaire Larousse.