Vous êtes ici : Accueil » Communiqués / luttes et débats » Livres Etudes Débats » Comment l’éducation et la sécurité des filles seront affectées par la réponse (...)

Comment l’éducation et la sécurité des filles seront affectées par la réponse de Covid19

Et les mesures que les gouvernements africains peuvent et doivent prendre pour y remédier

D 26 avril 2020     H 06:30     A AGNES ODHIAMBO     C 0 messages


Abigail *, une jeune femme qui vit à Harare, la capitale du Zimbabwe, est tombée enceinte d’un homme marié beaucoup plus âgé à l’âge de 14 ans. Elle avait quitté l’école parce que sa mère n’avait pas les moyens de payer ses frais de scolarité, ses livres et autres fournitures scolaires. Sa mère avait également du mal à acheter de la nourriture et d’autres produits de base pour la famille. L’homme lui avait donné de l’argent. Elle sentait qu’elle ne pouvait pas le refuser car il l’aidait.

Abigail n’avait reçu aucune éducation sexuelle à l’école et ne savait pas comment prévenir une grossesse. A 16 ans, elle nous a dit : « Je souhaite retourner à l’école car je suis encore enfant ».

Dans ces circonstances éprouvantes de la pandémie de COVID-19 , de nombreux groupes vulnérables le seront encore davantage. Les plus importantes d’entre elles sont les jeunes filles issues de milieux à faible revenu qui risquent de tomber dans les mêmes circonstances qu’Abigail. La crise risque de les exposer à des risques plus élevés de violence et d’exploitation sexuelles, de traite, de mariage d’enfants, de travail forcé et d’exclusion sociale.

Comment les fermetures d’écoles affectent les filles

Les fermetures d’écoles nuisent aux filles de nombreuses manières, souvent avec des conséquences à long terme.

À travers le continent, les filles sont déjà confrontées à une multitude d’obstacles à l’éducation qui entraînent des disparités importantes entre les sexes. Elles sont également exposées à de nombreux abus, notamment le mariage d’enfants et les mutilations génitales féminines, qui mettent fin brutalement à leurs études.

Les écoles offrent généralement des espaces sûrs aux filles. Lorsqu’ils sont à l’école, ils sont moins susceptibles d’être contraints au mariage. Pendant cette pandémie, cependant, les écoles ne sont pas là pour protéger les filles.

Les recherches de Human Rights Watch dans plusieurs pays africains montrent que le mariage des enfants et les grossesses précoces qui en résultent, un obstacle majeur à l’éducation des filles, peuvent augmenter considérablement en cas de crise.

13 des 15 pays du monde où plus de 30% des filles en âge d’aller à l’école primaire ne sont pas scolarisées se trouvent en Afrique subsaharienne. À mesure que les filles vieillissent, l’écart entre les sexes dans l’éducation ne cesse de s’élargir. Au niveau du secondaire supérieur, il existe des disparités entre les sexes dans 91% des pays de la région. La pandémie pourrait menacer l’ engagement de l’Agenda 2063 de l’Union africaine d’éliminer les disparités entre les sexes à tous les niveaux, y compris dans l’éducation.

Ce que les gouvernements africains doivent faire pour protéger les filles
Les gouvernements africains doivent agir pour que ces statistiques ne soient pas encore aggravées par la pandémie. Il existe de nombreuses façons de commencer à atténuer les dommages causés aux filles.

Pour commencer, il est essentiel que les mesures d’intervention d’urgence s’attaquent aux vulnérabilités particulières des femmes et des filles. Pour y parvenir, leur participation à l’élaboration de ces mesures est essentielle. Les messages de sensibilisation du public devraient toujours inclure des informations spécifiques sur les risques auxquels les filles sont confrontées ainsi que sur la manière de signaler les abus et de demander de l’aide.

Les gouvernements devraient également travailler avec les communautés, les responsables des écoles et les enseignants pour vérifier si les filles participent à des programmes éducatifs à distance. Si ces initiatives n’atteignent pas les filles ou si leurs familles ou communautés ne donnent pas la priorité à l’éducation des filles, elles devront intervenir. Le gouvernement devrait responsabiliser les enseignants et leur fournir des ressources afin qu’ils puissent faire leur travail essentiel de sensibilisation. Cela impliquera d’enregistrer leurs élèves, en particulier les filles, et de parler aux parents pour s’assurer qu’ils comprennent que les enfants doivent rester engagés dans leurs études.

Les gouvernements devraient en outre fournir aux adolescents des informations et des services sur la santé sexuelle et génésique. Cela implique de s’assurer qu’elles peuvent accéder à une large gamme de contraceptifs, dans le respect de leur dignité et de leur vie privée.

Lorsque les écoles rouvriront, ces efforts doivent se poursuivre. Les responsables des écoles et les enseignants doivent s’assurer que les filles reviennent. Désormais, les gouvernements devraient suivre le nombre d’enfants touchés par les fermetures d’écoles et fournir des données ventilées par sexe pour s’assurer qu’ils peuvent agir si un nombre important d’enfants ne retournent pas à l’école. Les gouvernements devraient élaborer des mesures pour identifier et aider ceux qui ne sont pas revenus, par exemple en fournissant des programmes d’aide financière.

Le moment est également venu pour les pays qui excluent les filles enceintes et les mères adolescentes de l’école de réformer ces politiques et d’élaborer des politiques conformes aux droits de l’homme. La décision récente de la Sierra Leone de permettre aux filles enceintes ou ayant un enfant d’aller à l’école est un bon exemple à suivre pour d’autres pays africains comme la Tanzanie .

Les filles sont essentielles au capital humain de l’Afrique et seront un atout clé dans le processus de récupération de COVID-19. Il est impératif que les gouvernements adoptent et mettent en œuvre, dans le cadre de leurs réponses à la pandémie, des mesures pour garantir que toutes les filles puissent poursuivre leurs études, la clé pour libérer leur potentiel.

AGNES ODHIAMBO

* le nom a été changé pour protéger l’identité de la personne interrogée.

Source : https://africanarguments.org

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe


5 articles au hasard

1.  Après le numéro de clown du Macron au Burkina Faso, retour aux fondamentaux…

2.  Le CADTM lancera le 24 mars un appel au Parlement européen pour l’organisation d’un audit de la dette tunisienne

3.  Madagascar - Toamasina : Les ouvriers de l’usine de Dynatec en grève

4.  La compensation de la biodiversité de Rio Tinto à Madagascar : un double accaparement de terre au nom de la biodiversité ?

5.  Djibouti : DANGER pour la vie du témoin-clé de l’affaire BORREL


Les plus populaires

1.  Texte liminaire de la Conférence de presse du mercredi 04 mai 2016 : Des fondements de la rupture d’avec les coalitions Bennoo Siggil Senegal et Bennoo Bokk Yaakaar à la formulation des nouvelles exigences et tâches, ou le temps de l’alternative populaire.

2.  Aide-ménagères à Bamako : Ton paradis, mon enfer

3.  MADAGASCAR : le premier État de la planète à souffrir de la famine à cause du dérèglement climatique

4.  Djibouti : Protection citoyenne pour Mohamed KADAMY

5.  Mauritanie : Déclaration à la mémoire des victimes de la funeste journée du 27 novembre 1990