Vous êtes ici : Accueil » Communiqués / luttes et débats » Livres Etudes Débats » Remettre le capitalisme mondial sur le devant de la scène – les programmes de (...)

Remettre le capitalisme mondial sur le devant de la scène – les programmes de protection sociale en Afrique

Par Anna Wolkenhauer

D 10 novembre 2021     H 13:42     A Anna Wolkenhauer     C 0 messages


Anna Wolkenhauer écrit qu’il y a beaucoup à critiquer au sujet des récents programmes de protection sociale en Afrique. Bien que ces programmes ne mettent pas fin au capitalisme mondial, elle exhorte les universitaires militants à reconnaître qu’ils peuvent fournir un élan pour poser des questions sociales non résolues aux niveaux national et mondial. Wolkenhauer soutient que ces programmes créent une fenêtre d’opportunité qui peut être saisie par une coalition radicale pour développer des alternatives anticapitalistes.

La récente vague de programmes de protection sociale, qui a déferlé sur les pays africains depuis le début du millénaire, a suscité des réactions mitigées. D’un côté, les transferts monétaires en particulier sont considérés comme des moyens efficaces et révolutionnaires d’éradiquer un appauvrissement profondément enraciné, et le programme plus large de protection sociale suscite l’espoir d’être potentiellement transformateur . D’autre part, la protection sociale a été critiquée pour rester enfermée dans les limites du paradigme néolibéral. Les critiques soulignent le découplage des politiques sociales des questions de production , l’ élaboration de politiques anti-démocratiques par les donateursqui promeuvent la protection sociale, et leur rétrécissement des choix politiques des gouvernements africains à travers l’imposition d’idées hégémoniques , ainsi que la nature idéologique du discours de justice mondiale dans lequel elles sont ancrées. Au lieu d’adhérer à de tels programmes, a-t-on suggéré, la gauche devrait travailler vers une imagination plus radicale qui puisse sous-tendre un projet populaire contre-hégémonique de véritable démarchandisation. Ainsi, la recherche de formes progressistes et holistiques de politique sociale dans le contexte africain reste un projet inachevé.

Dans cet article de blog, je me range du côté des critiques mais appelle à un certain opportunisme stratégique et pragmatique. Mon argument simple est que, oui, il y a beaucoup à critiquer au sujet des récentes politiques de protection sociale, et non, elles ne mettront probablement pas fin au capitalisme néolibéral mondial. Mais il faut néanmoins reconnaître qu’ils créent une fenêtre d’opportunité qui peut être saisie par une coalition savant-activiste pour développer des imaginaires plus radicaux. En s’appuyant sur ce qui existe, des visions plus transformatrices du bien-être et du développement peuvent être (re)mises en scène, et les universitaires devraient jouer leur rôle dans la repolitisation de ce débat. Cela, selon moi, nécessite la contextualisation des États-providence actuels au sein du capitalisme financiarisé mondial, l’excavation des visions historiques, et la formation de coalitions avec ceux au nom desquels des politiques de protection sociale sont élaborées – et qui ont été trop longtemps exclus des négociations politiques. Après avoir brièvement présenté l’état actuel de la protection sociale, j’examinerai successivement chacun de ces trois impératifs.

Selon l’ Union africaine , la protection sociale vise à « assurer des normes minimales de bien-être aux personnes dans des situations difficiles pour vivre une vie dans la dignité et à renforcer les capacités humaines » et « inclut les réponses de l’État et de la société pour protéger les citoyens. des risques, des vulnérabilités et des privations ». Pendant la pandémie de COVID-19, les programmes existants tels que les transferts d’argent ou de nourriture ont fourni une base importante à plusieurs gouvernements pour intensifier le soutien aux personnes touchées par les blocages. Néanmoins, la durabilité à long terme des politiques sociales africaines reste aussi incertaine après la pandémie qu’elle l’avait été avant, étant menacée par une base de ressources limitée, l’extraversion économique, le manque de diversification et la fuite des capitaux.. L’expansion et l’institutionnalisation de la protection sociale est donc un projet en cours. La campagne actuelle au sein de l’ONU pour un fonds mondial de protection sociale vise à construire un mécanisme de redistribution transnational basé sur les droits sociaux plutôt que sur la charité .

Tout en atténuant certains effets des crises sanitaire et économique en cours, et tout en contribuant à un certain niveau de démarchandisation, la protection sociale ne peut se substituer au « développement proprement dit ». Si le développement a été réduit à compléter l’intégration du marché menée par le secteur privé avec la réduction de la pauvreté, un partage équitable à long terme des richesses ne se matérialisera pas. Pourtant, le fait que les droits sociaux aient été réinsérés dans l’agenda mondial du développement, conjugué à l’attention croissante accordée à la recherche et aux preuves, ainsi qu’au renforcement partiel des États dans le cadre du déploiement de la politique sociale, crée une opportunité de reconnecter la politique sociale avec la transformation structurelle à plus long terme. Mais pour construire collectivement une vision alternative du changement social, la recherche devra cesser de reproduire le consensus politique dominant. Je fais trois suggestions.

Ramenez le capitalisme mondial sur le devant de la scène. Dans sa récente critique de la bourse de félicitations sur la protection sociale, Alf Gunvald Nilsen soutient que les structures de pouvoir sous-jacentes conduisant à l’inégalité et à la précarité sont trop souvent négligées. Comme « les transferts en espèces sont peu susceptibles d’avoir un impact transformateur sur le pouvoir du capital dans la production », il appelle plutôt à s’attaquer exactement à ces « asymétries de pouvoir de classe » pour obtenir « plus d’égalité et de liberté ». J’approuve sa proposition. En réfléchissant trop longtemps aux détails des procédures de ciblage et des mesures d’efficacité, les chercheurs risquent de perdre de vue la situation dans son ensemble : la concentration croissante de richesses qui est capturée par une petite élite. Comprendre ce que signifie le tournant néolibéral, nécessite un regard sur les relations de classe. Elle ne se caractérise pas seulement par un recul de l’État, même s’il s’agit d’un pilier central de l’austérité depuis les années 1990. Mais plus important,protéger le capital mondial des ingérences démocratiques et faciliter sa libre circulation dans le monde. Les conséquences sont visibles à divers endroits : les investisseurs étrangers qui évincent les propriétaires locaux, les attaques contre la réglementation du travail, les conditions de travail précaires et la privatisation des services sociaux. La tâche de l’érudition critique doit être de comprendre ces causes structurelles des problèmes sociaux et de détourner l’attention du niveau individuel, où la protection sociale regarde trop souvent. Ceci est pertinent pour éclairer où le vrai changement devrait commencer.
Réhabiliter les solutions historiques aux questions sociales. Dans la recherche de visions plus transformatrices de l’égalité et de la liberté, les universitaires devraient puiser dans la richesse des expériences historiques du développement dirigé par l’État. Les comptes dominants des États africains post-indépendance incapables et inefficaces qui ont aggravé les crises économiques sur le continent ont besoin d’un contrepoids sérieux. L’hypothèse de bon sens selon laquelle les États sont susceptibles d’échouer continue de légitimer leur remplacement par la technologie, le marché et/ou des hommes d’affaires auto-responsables (démarrés avec l’aide de la protection sociale). Le bien-être fourni par de nombreux gouvernements après l’indépendance n’était pas sans problèmes, mais reposait sur des approches beaucoup plus holistiques de l’inclusion économique à long terme. À tout le moins, les plans de l’époque reflètent des visions beaucoup plus ambitieuses de transformation sociale, d’indépendance politique et économique et de construction d’une nation inclusive. S’inscrire dans une perspective de longue durée peut ainsi être fructueux pour faire ressortir les « effets de politique sociale » d’autres formes d’intervention de l’État que la protection sociale au sens strict. Le soutien aux coopératives agricoles, la mise en œuvre de la réforme agraire, la collectivisation de la propriété des entreprises et des moyens de production ne doivent pas être rejetés comme des expériences du passé mais examinés pour en tirer des leçons pour l’avenir.
Former des coalitions avec les « bénéficiaires » visés de la protection sociale. En développant des visions plus transformatrices de la justice sociale, l’érudition engagée peut donner la parole aux personnes pour qui la protection sociale est censée fonctionner mais qui, bien souvent, ne font pas partie du processus politique. Les politiques sociales récentes n’ont souvent pas été introduites en réponse à des demandes politiques populaires, mais de manière descendante ; pensés par les politiques, les technocrates et les « experts » du centre. Là où seul un nombre relativement restreint de personnes occupent un emploi formel, les niveaux de syndicalisation sont faibles et, comme les syndicats se concentrent sur les politiques d’assurance sociale, l’ auto-représentation des bénéficiaires de l’aide sociale est largement absente. Cependant, de nouvelles politiques telles que les transferts monétaires ont suscité un nouvel intérêt à s’adresser aux « pauvres ». Ils sont fréquemment interrogés et interrogés afin de découvrir comment la protection sociale influence leur vie et comment elle pourrait être améliorée. En capitalisant sur l’intérêt politique des résultats des études, des recherches qui vont au-delà de poser des questions prédéfinies sur des programmes prédéfinis pourraient apporter de nouvelles idées dans la discussion. Une facette du néolibéralisme est le rétrécissement de l’éventail des solutions envisageables. Échapper à ces limites est une condition préalable à la formulation d’avenirs alternatifs, et bénéficierait d’ une puissante coalition d’érudition réflexive et de communautés imaginatives .
Jimi Adesina critique le fait que même la « société civile » a été en partie fabriquée par la communauté des donateurs afin de faire pression pour leur programme de protection sociale. La Plateforme Africaine pour la Protection Sociale, par exemple, qui a son siège continental à Nairobi et relie 27 équivalents au niveau national, a été créé en 2008 – soutenu par des donateurs internationaux. Son objectif exprimé est de « soutenir l’élaboration de politiques et de programmes nationaux de protection sociale efficaces et de contribuer ainsi à la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement et des objectifs du cadre de politique sociale de l’Union africaine ». Ainsi, on pourrait soutenir – comme le fait Adesina – qu’ils ont été créés d’en haut et ont adhéré au discours dominant sur les transferts monétaires, la réduction de la pauvreté et les OMD. Plus mainstream que révolutionnaire, peut-être. Cependant, cela ne devrait pas être une raison de manquer de puiser dans ces structures en évolution et de regarder de plus près où des liens avec la « base » existent déjà ou pourraient se former. Plutôt que de les rejeter comme fabriqués, nous devrions travailler avec eux, afin de nous reconnecter à ceux pour qui l’ordre actuel ne suffit pas. A titre d’exemple, leLe Réseau d’experts en protection sociale d’Afrique australe a réuni des décideurs, des universitaires et la société civile, y compris des militants, qui représentent des groupes marginalisés et autrement réduits au silence. La création de tels forums d’interaction et de moyens permettant aux personnes d’exercer leur voix doit être une étape cruciale sur la voie de plus d’égalité et de liberté. Si cela est permis par des structures qui étaient initialement financées par des donateurs, j’appellerais cela un point de départ pragmatique plutôt qu’un compromis non transformateur.

En somme, les universitaires et les militants devraient oser l’équilibre entre devenir plus utiles dans la pratique, tout en radicalisant leur critique du statu quo. Les politiques actuelles de protection sociale ne sont peut-être pas la solution pour mettre fin à l’exploitation du capitalisme mondial, mais elles donnent une impulsion pour (re)poser des questions sociales non résolues – aux niveaux national et mondial. Cet élan doit être saisi. Mais pour avoir plus de signification dans la vie réelle, la recherche doit échapper à la mentalité néolibérale, en scrutant les structures sous-jacentes qui reproduisent les inégalités, en dépoussiérant les imaginations historiques et en formant des coalitions avec tous ces militants là-bas. Envisager des avenirs alternatifs peut être une impulsion importante pour faire avancer le discours et la pratique de la protection sociale.

Anna Wolkenhauer est chercheuse post-doctorale à l’Université de Brême, en Allemagne. Elle a rédigé sa thèse de doctorat sur la formation de l’État et la politique sociale en Zambie et est impliquée dans le plaidoyer en faveur de la protection sociale dans la région de la SADC depuis 2014.


Voir en ligne : ROAPE

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe


5 articles au hasard

1.  L’Afrique, réserve alimentaire ?

2.  Madagascar : Des « indignés » contestent les pratiques politiques

3.  Burkina Faso : Meurtres et abus commis dans le conflit du Sahel

4.  Constitutional Assembly electoral Law blow to inclusivity in post Revolution Libya

5.  « MADAGASCAR, Grenier de l’Océan Indien » : QUE LES PAYSANS NE DEVIENNENT NI LES OUBLIES NI LES VICTIMES


Les plus populaires

1.  Texte liminaire de la Conférence de presse du mercredi 04 mai 2016 : Des fondements de la rupture d’avec les coalitions Bennoo Siggil Senegal et Bennoo Bokk Yaakaar à la formulation des nouvelles exigences et tâches, ou le temps de l’alternative populaire.

2.  RDC : des conditions de travail « désastreuses » dans les mines de cobalt

3.  Front social : la coordination TLP appelle à manifester le 5 décembre prochain contre la présence des bases étrangères au Niger

4.  L’association SoaMad – Solidaires avec Madagascar – a le plaisir de vous inviter à l’édition 2021 de son SPECTACLE - BAZAR le samedi 4 décembre.

5.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe