vendredi, 15 décembre 2017
 

Djibouti : Libération de Halima Bil’a

Les organisations qui ont initié la pétition pour dénoncer l’emprisonnement arbitraire de Halima Bil’a et de ses quatre enfants au centre de Nagade de Djibouti, puis de leur transfert au camp de police d’Obock, se réjouissent de la libération de cette mère de famille et de ses enfants intervenue le 19 Août 2010.

Les associations Femmes Solidaires, A.F.AS.PA, O.R.D.H.D et les Nouvelles d’Addis remercient toutes celles et tous ceux qui se sont mobilisés pour faire libérer Halima.

Nous remercions tout particulièrement, l’Organisation Mondiale contre la Torture (O.M.C.T) et La Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté pour leur intervention rapide et déterminante.

La mobilisation a fait reculer le pouvoir sur ce cas flagrant de violation des Droits Humains. Mais nous restons mobilisés, pour que cesse les violations des Droits Humains en République de Djibouti, pour que Mohamed Ahmed dit Jabha, ce militant politique, emprisonné et torturé, toujours détenu à la prison de Gabode ait accès aux soins et à un procès juste et rapide.

Femmes Solidaires,

A.F.AS.PA (Association Française d’Amitié et de Solidarité avec les Peuples d’Afrique),

O.R.D.H.D (Observatoire pour le Respect des Droits Humains à Djibouti) ,

et les Nouvelles d’Addis.

Le 19 Août 2010

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes