jeudi, 21 septembre 2017
 

A PROPOS DU BILAN DU RÉFÉRENDUM DE FODÉ DIAGNE

Une opération de discrédit tous azimuts

La lecture du texte de Fodé Diagne daté du 25 mars, paru dans « Afrique en lutte » (journal en ligne), ici n’a pas été aisée du fait des incohérences et autres confusions qu’il comporte. Mais elle nous offre l’occasion de prendre la plume pour tenter d’éclairer les zones d’ombre, les omissions et autres amalgames qui ne permettent pas de poser les vraies questions pour apporter les bonnes réponses dans le souci de contribuer à la clarification du débat sur la question du référendum tenu le 20 mars 2016 au Sénégal. Pour un souci de clarté et de précision, j’ai opéré à un regroupement thématique des questions principales qui me sont apparues, sans avoir la prétention d’épuiser tous les problèmes soulevés par le texte. Et Dieu sait qu’il y en a et qui ne sont pas toujours en congruence avec le projet du texte proposé à notre attention.

1- De la tentative de discréditer le OUI victorieux

Fodé tente de faire un bilan sur la base des résultats provisoires. Exercice un peu hasardeux. Parce que les conclusions, reposant sur de l’aléatoire, risquent d’être approximatives, subjectives et fausses. Partant des appréciations des résultats provisoire et de l’interprétation qu’en font des acteurs du camp du OUI qui clame leur victoire, Fodé y perçoit de la magouille ou plus précisément un « soupçon de magouilles ». Il y découvre « un sentiment de profond malaise du camp ouiiste » dont on ne sait exactement sur quoi il est fondé. A moins que cela ne soit son propre sentiment qu’il exprime ainsi. Car, généralement les résultats provisoires ne peuvent dessiner que des tendances interprétées par chaque camp, selon ses positions et informations, sans que cela ne puisse être décisif ni trancher quelques perspectives que ce soient.

On se retrouve ainsi avec un amalgame de chiffres allant de ceux du ministre de l’intérieur à ceux donnés par les mouvements de la société civile, en passant par ceux de la presse. Finalement, la question qui se pose est la suivante : à quels chiffres se fier ? N’est-ce pas plus sage, plus scientifique, si l’on se veut objectif, d’attendre les chiffres officiels pour en faire une lecture sereine ? Et les chiffres sur lesquels on peut désormais se fonder pour éviter toute spéculation vaine, ce sont ceux-là délivrés par le Conseil Constitutionnel. Ils établissent définitivement, sans contestation aucune, les résultats suivants : Le courant du ‘’OUI’’ a obtenu 1 367 592 des voix, soit 62, 64% des suffrages contre 815 655 voix en faveur du courant du ‘’NON’’, soit un taux de 37, 36% des suffrages. Le taux de participation est de 38, 59%, soit 61,41% d’abstention. « Comment peut-on considérer que ce référendum garde une once de légitimité alors que plus de 60% de la population inscrite en 2012 sur les listes électorales ont exprimé ouvertement leur rejet total du waxeet présidentiel en boycottant les urnes ? », s’interroge Fodé. Et, brodant ainsi sur le taux d’abstention, il tente d’ôter toute légitimité au OUI et même au référendum qu’il qualifie de « mascarade référendaire », en évoquant les taux de participation aux référendums organisés sous Senghor (1963 et 1970) et sous Wade (2001), sans prendre le soin d’analyser les conditions historiques pour les différencier et sans même percevoir que sous Wade, avec le multipartisme, on quitte les taux de plus de 90% (conditions du parti unique, sans identification de l’électeur, sans isoloir, etc.) pour entrer dans une nouvelle ère : celui de 65%.

Voilà qui mérite bien une analyse plus approfondie, en prenant en compte plusieurs facteurs parmi lesquels : les conditions politiques, économiques et sociales de tenue du référendum, le désengagement du Président Macky de s’appliquer la réduction du mandat de 7 à 5 ans, l’absence de concertation aboutie avec alliés et forces vives de la nation, la précipitation avec laquelle la date a été retenue, le délai court pour une bonne compréhension du contenu de la consultation, la confusion, l’intoxication, la manipulation des sentiments religieux développées par l’opposition, etc.

Au surplus, il faut rappeler que le taux de participation au référendum de cette année (38,59%) est supérieur à celui relevé lors des législatives de 2012 (36,67 %). Pourtant, ni Fodé et cie ni l’opposition n’ont crié au scandale et déclaré illégitimes les législatives de 2012. Or, tout le monde sait qu’après la Présidentielle, les législatives sont plus courues que les référendums. Là aussi la réflexion s’impose, pour ne pas rester sur des certitudes toutes faites. Fodé estime que "la majorité du peuple a refusé de légitimer le référendum du waxeet en s’abstenant voter ». Il ne se rend même pas compte qu’il se met une tarte en pleine figure. Car, en disant cela, il affirme que ceux qui sont allés voter NON dont lui et ses « révolutionnaires » ont légitimé la « mascarade référendaire » du waxeet. Poursuivant son exercice périlleux, il ose écrire noir sur blanc « Aux votants du NON (1 000 000 de voix) s’ajoute les non votants qui s’élèvent à 3 300 000 électeurs soit un total de 4 300 000, c’est-à-dire 80% du corps électoral, qui n’ont adhérés au projet de révision du Président Macky SALL". »

Comment peut-on, un seul instant, avec sérieux et objectivité, prétendre que ceux qui s’abstiennent d’aller voter sont pour le NON ? C’est vraiment prendre ses lecteurs pour des enfants que d’avancer une telle idée. Une petite dose de probité intellectuelle aurait dissuadé Fodé d’user d’un tel procédé qui ne mérite même pas d’être commenté.

Mais il ne s’arrête pas en si « mauvais » chemin. Car, après son opération factice, il prétend que le camp du OUI a dû « s’emparer des deniers publics pour organiser à grande échelle l’achat du vote des électeurs. » Faire ainsi dépendre la victoire du OUI de l’achat du vote des électeurs, c’est faire injure à la conscience de ceux-ci, n’avoir aucun respect pour eux et ignorer ou faire semblant d’ignorer qu’avec le système électoral actuel, il est difficile voire impossible de faire voter au moyen de l’argent. S’il en était autrement, les deux alternances survenues au Sénégal n’auraient jamais pu avoir lieu.

Par la suite, Fodé tente de faire la différence entre le NON des libéraux du PDS et celui des « révolutionnaires de gauche antilibéraux, démocrates et patriotes panafricanistes… » dont il se réclame. Ils ont, dit-il, marché séparément avec les Wadistes, Seckistes, etc. Il a omis d’indiquer qu’ils ont également frappé ensemble l’adversaire commun pour faire triompher le NON dans les urnes.

Cependant, en matière d’élection, il est pratiquement impossible de distinguer les bulletins du NON provenant des "révolutionnaires" de ceux venant des libéraux. Dès lors, la différence reste enfermée dans la phrase de Fodé, dans l’intention, dans l’esprit des siens. Puisque, dans la consultation électorale, on ne compte ni la phrase, ni l’esprit avec lequel on vote, mais le nombre de bulletins, il est évident que, mis à part Fodé et ses « révolutionnaires de gauche », nul ne peut saisir objectivement cette différence.

Si l’on ne s’en tient qu’à la réalité des choses telles qu’elles sont, l’on doit se rendre à l’évidence qu’il n’y a eu dans ce référendum que deux camps : celui du OUI piloté par Bby et celui du NON dont la colonne vertébrale était constituée par le PDS et ses satellites. Ajoutons à cela que, dans la campagne, le drapeau brandi par l’opposition "Gor ca wax ja" repose bien sur le même socle de rejet du "waxeet" clamé par "les révolutionnaires" de Fodé pour le même objectif : la sanction de Macky et se son régime.

Le triomphe du NON aurait certainement donné beaucoup plus de clarté aux enjeux politiques ouverts comme cachés des libéraux. Pour nous, il ne fait pas de doute que ces derniers auraient été le fer de lance d’une dynamique de subversion politique sans pareille, quitte à plonger le pays dans le chaos, pour faire partir Macky et son régime et revenir au pouvoir, sans que « les révolutionnaires » de Fodé ne puissent, sauf avec des phrases pleines d’intention et d’esprit révolutionnaires, s’y opposer. Et, dans les conditions géopolitiques d’aujourd’hui de la sous région et de la région, une telle perspective aurait été catastrophique pour notre pays. Donc, en votant NON avec le PDS et ses satellites, Fodé et cie ont appuyé, objectivement, le projet des libéraux de Wade et cie, conscients du fait que, selon les propos de Fodé lui-même, « pour des raisons liées au besoin à la fois d’échapper à la traque des biens mal acquis et de revanche politique, le PDS est ses multiples satellites ont appelé au NON ». Où est la démarcation concrète d’avec les libéraux ?

Ne parvenant pas à la trouver, à nous la démontrer concrètement, il entre dans une colère noire contre pour accuser « Certains ouiistes du waxeet de gauche qui ont rallié le coup tordu anti-Assises Nationales du libéral Macky Sall ont tenté mensongèrement de semer la confusion entre la gauche du NON au waxeet présidentiel et les nonistes libéraux du PDS et ses démembrements. »

2- De la tentative de jeter le discrédit sur les signataires de la Charte des Assises au pouvoir

Fodé dit « Il est scandaleux de voir toute la classe politique du pouvoir nécolonial régnant, qui a signé la charte des Assises Nationales, crier "victoire" après l’avoir trahi. » Crier au scandale à propos d’une trahison de toute la classe politique signataire de la Charte des Assises nationales, c’est ne pas comprendre ce que sont ces conclusions et ne pas avoir pris le soin de procéder à une étude comparative des réformes proposées au Référendum avec lesdites conclusions, de manière plus précise avec l’avant projet de constitution de la CNRI. Car, un tout petit effort dans ce sens lui aurait permis de noter que l’essentiel des points proposés au référendum figure dans l’avant projet de la CNRI. Nous y reviendrons plus loin.

Et, en vérité, la question posée au Référendum n’était pas de faire un choix entre le projet de révision constitutionnelle proposé par le Président de la République et l’avant projet de Constitution proposé par la CNRI. Il ne s’agissait pas non plus de voter pour ou contre Macky ni pour ou contre la décision du Président de la République de ne pas s’appliquer la réduction du mandat de 7 à 5 ans.

Le référendum demandait l’avis des populations sur les 15 points de réforme constitutionnelle : leur adoption (Oui) ou leur rejet (Non) par le peuple votant. En conséquence, répondre à une telle question supposait l’étude précise des points proposés. Et pour quiconque se préoccupe uniquement de l’intérêt des populations et de la santé de notre démocratie, la seule question qui méritait d’être posée était de savoir si de telles propositions constituent des pas de consolidation de notre démocratie ou non et si elles vont dans le sens de sauvegarder les intérêts des populations ou non. Ce n’est que sur cette base que l’on peut identifier l’attitude de défense ou de trahison des intérêts du peuple. Fodé s’y essaiera, timidement et sans bonheur, à dire vrai.

3- De la décrédibilisation des points du référendum

Dans sa tentative de discréditer le contenu des points de révision constitutionnelle proposés au référendum, Fodé commence par dénoncer le "Seppi" effectué par Macky Sall, mais ne peut luimême s’empêcher de faire du "Seppi", quand il se décide à examiner les points proposés au Référendum. En effet, il choisit 03 points sur les 15 pour les apprécier. Mais, comme toujours, ici également, le manque d’objectivité l’emporte sur le souci d’un examen sérieux de la question.

Il pointe d’abord l’article 28 du projet de révision constitutionnelle proposé au référendum qui parle de la nécessité pour tout candidat à la Présidence de la République de savoir lire et écrire dans la langue officielle (le français pour le moment) et fait tout un développement sur l’exclusion de millions de sénégalais de la candidature à la Présidence de la République.

Or, cette question obéit à un principe de réalité ; une réalité historique intangible reconnue par tout sénégalais objectif et qui peut changer selon l’évolution historique de notre pays. Du reste, c’est exactement dans les mêmes termes que la disposition incriminée par Fodé est inscrite dans l’avant projet de constitution proposé par la CNRI qui indique à l’article 58 : " Tout candidat à la Présidence de la République... doit savoir lire et parler couramment la langue officielle." Est-ce à dire que la CNRI également fait dans l’exclusion de millions de sénégalais ? Fodé a-t-il simplement lu cet article de l’avant projet de constitution de la CNRI ?

Ensuite, Fodé s’attaque au "haut conseil des collectivités territoriales consultatifs", qui serait « sans pouvoir réel », juste chargé de "donner son avis motivé sur les politiques de décentralisation et d’aménagement du territoire", ignorant les limites des rôle et mission d’un organe consultatif. Or, c’est sous ce titre que l’avant projet de constitution de la CNRI a inscrit « le Conseil national des collectivités locales », équivalent du « haut conseil des collectivités territoriales », à l’article 138, alinéa 1. Et un tel organe ne peut avoir d’autre « pouvoir réel » que celui attaché à sa nature et à son objet d’organe consultatif. Mais Fodé, a-t-il simplement lu cet article de l’avant projet de constitution de la CNRI ?

Enfin, Fodé s’insurge contre l’article 25-3 qui dispose par rapport aux devoirs des citoyens qu’il estime ambigus en ce qu’ils relèvent, selon lui, « prioritairement des populations et non des gouvernants ». Est ce que Fodé sait que l’article incriminé est exactement le même que celui inscrit par la CNRI dans l’Avant projet de constitution en ses articles 52, 53, 54, 55, 56. Dans ce cas précis, il s’agit bien des « devoirs des citoyens », ceux des gouvernants étant développés ailleurs. Mais enfin, Fodé a-t-il simplement lu cet article de l’avant projet de constitution de la CNRI ?

C’EST À CROIRE MALHEUREUSEMENT QUE, PARTANT DE CES EXEMPLES, FODÉ N’A MÊME PAS LU L’AVANT PROJET DE CONSTITUTION DE LA CNRI QU’IL PRÉTEND DÉFENDRE.

4- De la tentative de ménager les parties prenantes des Assises nationales

Pour dresser un bilan productif, Fodé passe vraiment à côté de son sujet, en omettant de poser les bonnes questions, quand l’opportunité lui en est donnée. En effet, s’adresser au peuple des Assises, pour lui demander de sortir de sa déception nous semble très court et ne permet pas de se dégager de l’émotionnel. La véritable question à poser avec lucidité est celle de déterminer la part de responsabilité de ce « peuple des Assises » dans le sort qui est fait aux questions de refondation que portaient les conclusions des Assises inscrites dan l’avant projet de la CNRI et qui n’ont pas figuré dans les propositions de révision constitutionnelle du Président de la République.

Pour un politique soucieux de vérité et d’objectivité, la question se pose en termes de rapport de forces. Quel est le rapport des forces à l’intérieur de ce « peuple des Assises », entre ceux qui voulaient une réforme profonde, une refondation du régime politique constitutionnel et ceux qui avaient pour option des réformes limitées qui ne changeraient pas fondamentalement le régime politique en cours ? Comment ce rapport de forces a évolué dans les Assises (2008-2009), après les Assises de 2009 à 2012 et de 2012 à 2016 ? Pour toute partie prenante des Assises, individu ou organisation, soucieuse de tirer les leçons de ce référendum, une telle réflexion est indispensable.

C’est à ce devoir qu’il faut convier « le peuple des Assises ». Ce n’est nullement la préoccupation de Fodé mais, il nous faudra nécessairement l’aborder, si nous voulons tirer les leçons et avancer dans la bonne voie.

5- De la tentative de crédibilisation du NON de la gauche des révolutionnaires

Fodé interpelle les forces du NON, uniquement parce que "le PDS n’est pas non plus crédible dans l’opinion saine de la population", mais omet de prolonger plus loin sa réflexion. En effet, puisque, au delà du Pds, « les révolutionnaires de gauche » et cie ont appelé ce même peuple à voter NON, il aurait été plus conséquent d’indiquer sur quoi ces derniers sont interpellés.

C’est quand même inqualifiable, cette méthode d’analyse qui consiste à tirer sur les autres et à s’épargner toute interpellation, alors que l’Abstention a dit aux Ouistes et aux Nonistes de gauche comme de droite, "je ne vous suis pas". Il aurait été d’un souci d’objectivité, d’une grande probité intellectuelle que d’indiquer l’interpellation spécifique que l’abstention adresse à Fodé et à ses « révolutionnaires de gauche ». La seule concession qu’il accepte de faire au « peuple abstentionniste », c’est (ce qu’il sait déjà) qu’il y a "tout un travail à contre-courant à mener pour regagner (ne s’agit-il plutôt de gagner, dès lors que la gauche des révolutionnaires n’a jamais effectivement exercé le pouvoir ?) la confiance des travailleurs et du peuple". Léger aveu d’une douceur qui contraste avec la verdeur des propos adressés aux autres « leaders de gauche ». Comme quoi, « l’enfer, c’est les autres ».

Cette interpellation devrait signifier objectivement et en toute honnêteté ceci : " nous gauche des révolutionnaires et cie avons été rejetés par le peuple qui a refusé de nous suivre majoritairement dans notre appel à participer au référendum et ceux qui, dans ce peuple, y ont participé ont refusé de nous donner la majorité. POURQUOI ?". Fodé tourne ça de manière tout à fait inoffensive, détournant avec adresse la pointe acérée de l’interpellation que le peuple fait particulièrement à la gauche des révolutionnaires et cie. Et, la justification trouvée par Fodé pour réussir sa dérobade est que lui, la gauche et cie sont « encore nationalement inaudible et en reconstruction ».

Fodé estime, avec le vote du NON, avoir sauvé l’honneur perdu de la gauche. En quoi l’honneur de la gauche est il perdu ? Il ne le dit pas. Mais il apparaît, dans le discours de Fodé tout un langage du domaine du chevaleresque : "honneur", "dignité ", "courage" dont il se targue d’être revêtu, lui et sa gauche révolutionnaire. Mais, si nous restons dans la logique de Fodé, de quel honneur peut-on se prévaloir quand le peuple dont on se réclame choisit de tourner le dos au NON pour voter OUI ?

Comment peut-on légitimement et sur quelle base objective, prétendre être les défenseurs du peuple, quand celui-ci refuse de répondre à votre appel d’aller voter et qu’ensuite la majorité de ceux qui ont participé au scrutin refuse de voter pour le NON que vous préconisez ? C’est d’une incohérence sans pareille !

6- De la tentative de jeter le discrédit sur « certains leaders de gauche »

« Que des figures historiques de la gauche de notre pays soient encore une fois embarquées dans une telle pourriture nauséabonde anti-éthique,anti-morale, anti-citoyenne est tout simplement affligeant. » avance Fodé, pour dénoncer le ralliement de ces leaders de gauche à la défense du OUI et tenter une explication psychologique de cette position qu’il a en horreur.

Mais, cette explication ne va pas au delà du "complexe d’infériorité" dont seraient victimes ces leaders de gauche acquis au OUI. Voici ce que dit Fodé « En fait certains leaders "officiels" de la gauche qui se prêtent à de telles horreurs politiques ont un complexe de mésestimation et d’infériorité de soi au point de considérer que seuls les libéraux et les sociaux libéraux peuvent gouverner le pays. »

Malheureusement, une telle assertion n’est pas assise sur une argumentation convaincante. Déversant sa bile sur ces leaders de gauche, Fodé qualifie leur position de « faute majeure », sans démontrer en quoi le fait de voter pour les réformes constitutionnelles est contraire aux intérêts des travailleurs et du peuple. Nulle part, il ne fait la démonstration que ces réformes vont à l’encontre des progrès de la démocratie. Il se contente d’enfiler allègrement de grosses perles de caractérisations les unes plus négatives que les autres à l’encontre de ces « responsables politiques labellisés de gauche » qui sont « d’une grossièreté arrogante et d’un cynisme bourgeois inquiétant ». Des attitudes qui, selon Fodé, « montrent le marais fangeux profond dans lequel est tombé la classe politique dans notre pays. » Facile, non ?

Après les avoir couverts de toutes les grossièretés, abreuvés d’injures les mieux senties et traînés dans la boue, Fodé, en grand seigneur, tend la main à ces « dirigeants de gauche » en ces termes : « Nous invitons certains leaders de la gauche ayant glissé dans la boue salissante du petit oui répudié par le peuple de revenir au service de la seule option salvatrice pour le patrie qui est le travail pour l’alternative de gauche aux libéraux et au sociaux libéraux. »

Mais ce geste de conciliation ne dure pas, car, comme s’il avait peur d’être sali par la boue, Fodé se ressaisit et revient à la charge contre ces « dirigeants de gauche serviles » qui "n’ont ni le courage de regarder en face les grenouillages et tripatouillages" et qui « n’ont pas osé dire à Macky » son fait, qui « se sont encore couchés comme hier, sous A. Diouf, sous A. Wade » et qui sont, selon lui, des "girouettes sans foi ni conviction, sans dignité, sans honneur ». Se faisant même le porte-voix de soidisant avis émis au sein du peuple à l’encontre des dirigeants de gauche, Fodé leur crache son mépris "cim ñoo ñàkk jom, xaalis rekk moo leen taxa jóg" (c’est moi qui corrige l’orthographe en wolof), c’est à dire des dirigeants de gauche "qui ne sont intéressés que par l’argent". Pour cette gauche, selon les dires de Fodé, « la "politique" est perçue comme le "moyen le plus sûr de s’enrichir" » et « "de manger à tous les rateliers" ».

Vouloir expliquer la position politique de ces dirigeants de gauche par des questions purement alimentaires, des questions d’argent, c’est vraiment manquer d’arguments en plus de propager des points de vue réducteurs et calomniateurs que l’on prête au peuple. En vérité c’est son propre mépris, sa propre impuissance à démontrer ce qu’il avance que Fodé exprime à l’endroit de ceux qu’il nomme « dirigeants de gauche ». L’attitude inqualifiable de Fodé à l’endroit des « dirigeants de gauche » ne mériterait pas d’être soulignée, si elle ne mettait pas à nu toute la portée négative d’une volonté solide qu’elle exprime.

En effet, en tentant de discréditer « certains leaders de gauche », c’est toute la Gauche qu’il discrédite, même s’il espère en se singularisant, y échapper. Voici comment. Fodé se dit de gauche engagé avec son parti dans un processus d’unité de la gauche. Dans ce cadre, les divergences apparues sur la question du référendum, devraient être traitées dans une perspective constructive où les critiques et désaccords doivent être fondés sur une argumentation articulée de manière cohérente et démonstrative. En lieu et place, il procède à des caractérisations injurieuses, sans plus ; une tentative de jeter le discrédit sur ces autres « leaders de gauche », sa cible principale dans son texte, tout en ménageant l’adversaire libéral du Pds et alliés. Le résultat auquel il peut aboutir est, s’il réussit à être entendu, de rallier à sa cause l’opinion, de promouvoir et de renforcer chez celle-ci l’idée selon laquelle même si, comme le dit Fodé « la gauche a incarné historiquement les valeurs qui font d’elle la représentante politique des travailleurs et du peuple qui souffrent des politiques libérales », elle est devenue une gauche « alimentaire » qui ne croit en rien.

Ce faisant, il participe ainsi à l’œuvre de décrédibilisation de la gauche et de manière plus élargie des politiques, quel que soit leur bord. Car, dans l’atmosphère polluée de dépolitisation de nos sociétés suscitée et entretenue par les puissances impérialistes, à coup de propagande soutenue, de montage et de soutien (sponsoring et financement) de franges de la société dite civile dont le crédo demeure toujours « les politiciens sont tous des véreux dont il faut se démarquer » largement distillé dans l’opinion, l’opération de Fodé conforte, objectivement, une telle politique. Il la renforce et la nourrit d’éléments sans fondement, armes qu’il donne aux contempteurs des politiques, particulièrement de gauche, pour tirer sur eux. Bien entendu, quelle que soit son intention, lui-même sera immanquablement victime de ce discrédit qui n’épargnera aucun politique, surtout de gauche.

Ceci d’autant qu’il est toujours (avec son parti), membre de Bennoo Bokk Yaakaar (BBY), coalition de la majorité présidentielle au pouvoir et membre de la Confédération pour la Démocratie et le Socialisme (CDS). Quand Fodé interpelle cette coalition de la gauche pour lui faire injonction de choisir entre les deux côtés de la barricade qu’il a érigée entre « le waxeet » et « le peuple ».

On peut simplement lui demander, gentiment, de commencer lui-même membre de a CDS et de BBY de faire d’abord son choix. A notre avis, la CDS devrait tirer les enseignements de ce référendum, approfondir l’étude des questions fondamentales quelles révélent et surtout, de bien identifier ses faiblesses à corriger pour mieux prendre en charge les tâches de l’heure, au plan politique, organisationnel, etc., en poursuivant inlassablement la construction patiente et lucide de l’unité des forces de gauche adossées aux conclusions des Assises nationales et de la CNRI.

En conséquence, cette attitude de Fodé doit être comprise dans sa portée réelle et dénoncée avec vigueur dans ce qu’elle signifie de dangereux pour la cause de la gauche et de la politique, au sens noble du terme.

Danuy faral di wax ne Réew dañ Koy péncoo, ken du ko pàccoo !

Kon làngug bëgg sa réew dañ Koy péncoo, ken waru ko pàccoo !

Dakar, le 16 avril 2016 El Hadji Momar Sambe

SG du Rta-S/Péncoo Réew

Membre de la CDS

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS

"Areva au Niger : un environnement sacrifié"[tiré de Survie France le 19 septembre 2017]

Liberté coloniale[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Mo Ibrahim tacle la France[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Ouattara dans de bonnes mains[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Milices européennes[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Sessions de rattrapage[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Soutien français à la déforestation[tiré de Survie France le 16 septembre 2017]

Non merci[tiré de Survie France le 16 septembre 2017]

0 | 8 | 16 | 24 | 32 | 40 | 48 | 56 | 64 | ...

Thèmes