Vous êtes ici : Accueil » Afrique centrale » Congo Kinshasa » En RDC, la contestation des jeunes est écrasée

En RDC, la contestation des jeunes est écrasée

D 2 août 2016     H 05:03     A Amnesty International     C 0 messages


« Incitation à la révolte », « propagation de fausses rumeurs », « Offense au chef de l’État »…en République démocratique du Congo (RDC), les chefs d’inculpation ne manquent pas pour réprimer de jeunes militants, étudiants pour la plupart, qui réclament l’impensable…le respect de la constitution du pays, qui interdit au Président Joseph Kabila de briguer un troisième mandat !
Vouloir faire respecter la Constitution serait ainsi une menace pour la sécurité nationale ? L’histoire récente de nombreux pays d’Afrique montre au contraire que c’est en s’accrochant au pouvoir que de nombreux dirigeants plongent leur pays dans des crises, voire des conflits meurtriers.

« Nous devons traiter le mal à la racine : corruption, culte de la personnalité, impunité et acceptation par les populations de l’inacceptable »
Micheline Mwendike, jeune étudiante, membre du mouvement citoyen Lucha

Pour museler la contestation, le pouvoir ne recule devant rien : dans un rapport accablant, Amnesty International dénonce la répression violente, les mauvais traitements, les arrestations arbitraires, les détentions au secret et les procès manipulés.

Actuellement, plusieurs membres du mouvement citoyen et pacifique Lucha sont emprisonnés et deux d’entre eux risquent la peine de mort !
Ces jeunes n’ont fait qu’exercer leur droit à la liberté, sans jamais céder à la violence ! Vous pouvez exiger leur libération en signant notre pétition.

Vous pouvez aussi contribuer à soutenir le combat de ces jeunes pour les droits, et celui de tous ceux qui souffrent de violations de leurs droits dans le monde, en devenant membre d’Amnesty International France.
En nous rejoignant par un versement de 15 € par mois par exemple (5,10 € après réduction d’impôt), vous nous donnez les moyens de dénoncer ces atteintes aux droits humains !

Être membre, c’est aussi la possibilité d’accéder à des informations exclusives sur notre extranet pour agir avec nous, de participer à des formations et à la gouvernance de l’association et débattre sur les choix des grandes actions que nous menons.

Devenir membre d’Amnesty International France, c’est rejoindre ceux qui refusent que notre humanité soit entachée par les atteintes aux droits humains, partout dans le monde !

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe


5 articles au hasard

1.  Pensioners woes : The need for labour movement’s concerted efforts

2.  Mali : « La guerre, c’est la politique continuée par d’autres moyens »

3.  Second revolution brings down Egypt’s president

4.  Grève et manifestation devant la préfecture le 9 avril à La Réunion

5.  Accord de coopération judiciaire France-Maroc La France, nouvelle alliée objective du système tortionnaire marocain


Les plus populaires

1.  Nigeria : Les survivantes de la traite confrontées à la pauvreté et la détresse Les autorités devraient renforcer le soutien à ces femmes au lieu de les maintenir dans des centres d’hébergement

2.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

3.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe

4.  AFGHANISTAN : L’invasion des barbares et le capitalisme du désastre

5.  Texte liminaire de la Conférence de presse du mercredi 04 mai 2016 : Des fondements de la rupture d’avec les coalitions Bennoo Siggil Senegal et Bennoo Bokk Yaakaar à la formulation des nouvelles exigences et tâches, ou le temps de l’alternative populaire.