Vous êtes ici : Accueil » Afrique centrale » Ouganda » Ouganda : Trois émissions de radio brutalement interrompues par la (...)

Ouganda : Trois émissions de radio brutalement interrompues par la police

D 27 avril 2019     H 05:05     A Reporters sans frontières     C 0 messages


Reporters sans frontières (RSF) condamne l’interruption musclée par les forces de l’ordre ougandaises de trois programmes de radios privées pour empêcher la prise de parole d’un chef de l’opposition.

Hope Radio, Kiraa FM et Mubende FM, trois radios locales privées, ont subi respectivement le 4 avril, le 13 avril et le 18 avril, une intrusion de la police dans leur locaux pour les empêcher de conduire une interview de l’ex-chef de file de l’opposition et candidat malheureux à la présidentielle à quatre reprises, Kizza Besigye. Le mode opératoire des forces de sécurité est à chaque fois similaire : un assaut armé rapide des studios pour interrompre l’émission en cours et suspendre l’antenne. Aucune décision officielle de l’organe de régulation des médias, la Commission ougandaise de la communication (UCC), ni de décision relevant d’une autorité judiciaire n’ont été présentées pour justifier de ces arrêts impromptus.

“La multiplication de raids armés contre des médias qui donnent la parole à un opposant est doublement condamnable. En plus d’être une pratique illégale, elle porte atteinte au pluralisme des idées, estime Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique de RSF. Il est impératif que les autorités cessent de verrouiller le débat public et mettent fin cette traque persistante des informations critiques à deux ans de l’élection présidentielle.”

La liberté d’informer attaquée de toutes parts

Depuis 2015, l’Ouganda a perdu 28 places dans le Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF. La critique du régime et de son président Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 1986, conduit de plus en plus souvent à des arrestations, des agressions de journalistes et à l’intensification de la censure. Le président n’hésite plus par ailleurs à insulter publiquement et ouvertement les professionnels de l’information et à détériorer leurs conditions de travail. En septembre 2018, une taxe sur les réseaux sociaux a été introduite pour entraver la circulation de l’information.

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe


5 articles au hasard

1.  Maltraitance des travailleurs domestiques au Mali : 59% sont agressés verbalement et 38% le sont physiquement

2.  Zimbabwe : "Daily News" journalist arrested

3.  Vers des solutions internes à la crise en RDC

4.  Égypte : la CSI exhorte le Haut Conseil militaire à respecter les droits syndicaux

5.  Mali : Déclaration du Parti SADI suite à l’attaque perfide contre la radio Kayira


Les plus populaires

1.  1er MAI 2022 : DECLARATION DE YOONU ASKAN WI / MOUVEMENT POUR L’AUTONOMIE POPULAIRE ET DU FONT POUR UNE REVOLUTION ANTI-IMPERIALISTE, POPULAIRE ET PANAFRICAINE (FRAPP) S’UNIR POUR INTENSIFIER LA LUTTE CONTRE LA VIE CHERE, LE CHOMAGE, LE PIETINEMENT DE LA DIGNITE ET DES DROITS DES TRAVAILLEURS !

2.  Tchad : « Le clan Déby veut conserver le pouvoir, quel qu’en soit le prix pour le peuple »

3.  La politique africaine française sous influence militaire ?

4.  Bénin : Non a la privatisation des douanes

5.  Centrafrique : Joseph Kony toujours recherché après le coup d’État en RCA